Corruption-ben-ali-l-economiste-maghrebin-1200x680
© L’Économiste maghrébin

Elie: Dr. Pozsgai Alvarez it’s a pleasure having you here with us. For this occasion, we want you to comment several myths that can be considered facts and vice versa about corruption, but first of all, can you please tell us a little bit about yourself?

Joseph Pozsgai Alvarez (JPA): Sure. It’s a pleasure to be here talking about the topic that drives me so much. I started working on issues related to corruption, specially preventive policies and monitoring instruments, in 2009 when I joined the Prime Minister’s Office in my home country, Peru. A year later I decided to enter academia, where I’ve been focusing on corruption tolerance and the politics of anti-corruption reform since then. Now I’m trying to develop a new comprehensive model to analyze anti-corruption drive in developing countries, but I split my time between this and the development of a database of corruption news called Daily Corruption : News Feed & Database.

In one sentence, what is corruption?

JPA: It’s the misuse of office for private gain. This is the most common, and valid, definition at least.

Do you, as Peruvian, consider that corruption is only a developping countries’ problem?

JPA: Not at all. There’s a clear bias, coming in part from a euro-centric, liberal discourse that tends to reserve the label for political systems and societies that do not share their political and economic values ; and while it is true that most of the developing world suffers from endemic corruption, the truth is that such treatment of the problem tends to focus on perceptions, which responds heavily to a specific form of malfeasance—the bureaucratic form—while trying to oversee manifestations of corruption that appear at the policy-making level. Many developed countries are clearly affected by special interests and lobbies, and yet these issues don’t seem to make it much into rankings such as those of Transparency International or the World Bank.

Do you believe that only the rich corrupt and the poor are corrupted?

JPA: If we consider corruption as a form of transaction, then it is easy to think of the poor as victims or corruptees. And that may be true, but this image pertains particularly to collusion. Extortion, on the other hand, is based on power relations that do not necessarily involve money, and so we find many times that big business falls pray to bureaucratic or political corruption just to guarantee its survival in unstable markets. So, it really depends on the elements and conditions of each case.

Is corruption mainly  a Southerners’ thing? Something easier for us to do?

JPA: This is complex point to argue indeed. Corruption, as many other political and social variables, is deeply intertwined with economics, and so it’s actually possible to say that the South suffers more from corruption than the North. As I mentioned earlier, corruption can be experienced almost everywhere in poor countries, and it is much more difficult to interact with it in the developed world. But this doesn’t mean it’s not there; it’s just out of reach for most, hidden inside high-level circles.  Corruption is more widespread in the South, for sure, but the problems of that part of the world extend to a vast range of phenomena, including weak bureaucracies, unstable political systems, high rates of violence and low levels of interpersonal trust, etc. Systemic corruption is a big issue, but is only one of the symptoms of a much bigger problem. Corruption is not a regional characteristic; it’s a human characteristic, driven primarily by greed, and it needs to be externally controlled like any other crime. So, corruption is there wherever enforcement is weak.

I totally agree with you, very important to say that it’s a human characteristic driven by the reasons you mentionned and not a simple regional characteristic. Do you believe that corruption is a Western countries’ obsession?

JPA:  No. It’s true that the current international anti-corruption movement has it’s roots in the U.S.’s FCPA is the 70s, and that it took a lot of effort for them to make things start moving. But remember that the Inter-American Convention Against Corruption came before the conventions of the OECD ; and that, even though much of the aid money to fight corruption comes from the West, so does aid for almost everything else. And in fact, corruption scandals are heavy hitters, and have always been, in the developing world just as much as in industrialized countries, and it’s not uncommon to have leaders there thrown out of office as a consequence. It is reasonable to say, however, that corruption is a liberal-democratic countries’ obsession. Concerning the West, corruption threatens the stability of the international liberal system itself, so anti-corruption efforts make total sense in that framework. For democratic (or quasi democratic) countries everywhere else, corruption is at least antithetical to rule by consensus.

I tend to believe that the UK Bribery Act is much more strict and extensive than the US FCPA, making the UK Bribery Act – As far as I know – one of the toughest laws against corruption in the world. Do you agreed on that?

JPA: That’s correct. The FCPA did (and still does) a really great job, but the UK Bribery Act benefitted from decades of American casuistry, and so it covered many of the loopholes. Another thing is the level of enforcement, however. Since the increase in FCPA enforcement actions a few years ago, for example, civil law consequences against corrupt businesses have been on the rise thanks to a friendly institutional environment and the willingness of victims of corruption to introduce law suits. This mechanism is still rather untapped in other countries, including the UK, as far as I know. Hence, it’s important to not only consider the content of the law, but it’s effective application.

There might also be other interesting developments coming soon on the enforcement front, as experts argue for the use of regional human rights courts to tackle corruption, and even the setting up of an international anti-corruption court. It still too early to say if these venues would be feasible, or ever adviceable ; what is clear though is that we still have room to explore.

Are there any countries that have accepted corruption as a problem that they cannot fight? And for that reason have developped a manner to live with?

JPA: It’s not just a matter of there being any country of that sort, but that in fact most countries (or large parts of their societies) in the developing world have already surrendered to different degrees. This was to be expected, although very few saw it coming in the 90s. The problem is the clash between expectations and reality, obviously, but it originates from the international anti-corruption movement itself. Well-meaning but naive supporters of anti-corruption reform sold the idea that change was not only possible, but probable, and engaged in policy interventions all over the world. This wave, tragically but forseeably, had a much higher rate of success among opinion leaders of civil society, media actors, NGOs and the general public than with political actors, the group that was actually needed to be convinced or pressured. Don’t get me wrong, the idea is not inherently wrong, as civil society is a source of change in regards to public malfeasance. But the failure of such an intervention risked the spread of cynicism, and that’s exactly what happened. The public expected change, wanted change, but they couldn’t be mobilized, and thus failed to become a catalist for change. Politicians, on the other hand, instrumentalized the idea of corruption for their own political gain, and anti-corruption promises became a staple of electoral processes around the world. Today, just as before, corruption is part of life for most developing countries ; now, however, people are deeply aware of that, aware of something being astray, aware of the failure of the democratic process. Before they had the potential ; now they have deep-rooted skepticism.

Implementing sanctions is sufficient?

JPA: Definitely not. Anti-corruption work is really a complex and multidimensional effort, starting with the two basic pillars of prevention and control. Prevention can then be further sub-divided in training, awareness raising, monitoring, incentive creation, etc. ; while control includes investigatory and prosecutorial powers, skills, advanced tools, criminalization, and others. But « implementation »is indeed the key. I would even go as far as to say that we currently have most of the technical issues pinned down, as the the repertoire of good-practices, instruments and strategies were already quite at the beginning of the century. The UNODC published some comprehensive guides even before the UNCAC came along, and this body of knowledge have only kept growing since then. We are at a different stage now, considered by experts as one centered on implementation issues. At the core of the current fight against corruption stands the question of leadership willingness to support anti-corruption reform. We need to be able to inform policy interventions with data on how to make decision-makers actually adopt, implement and enforce the tools we already have.

Are the poor, always the loosers? Because, even if we accept corruption, we still need money to corrupt people right, or at least something they want?   

JPA: Definitely. In fact, there is ample data showing that the poor are the ones most affected by corruption, as they not only become deprived of rightful access to public services, political representation, fair legal procedures, etc., but they also end up paying a much larger portion of their income in comparison to the middle class and those more well off. This is the dylemma faced by the poor in corrupt countries : sacrifice precious money to gain access to goods that are much cheaper to others, or sacrifice that access altogether. In this sense, the poor are not participants of corruption, but the victims. This argument pertatins especifically to cases of extorsion, of course, but we should not underestimate the extense of this type of corruption among the poorest sectors of society. To collude, you first need money (at least more money than time and rights). Extortion is the plight of those left behind.

            Another way to look at this in a more systematic way is by considering that society at large represents the victim, or loser, of the illicit relation created by corruptor and corruptee. Society is the group actor that pays the costs of corruption—or externalities—through both its direct and indirect consequences. Such costs may be somehow offset, at least partially, by occasionally partaking in malfeasance and taking the role of either corruptor or corruptee in mutually beneficial collusive transactions. But for many individuals who, due to their extremely low income have very limited or no access to collusive transactions and stand only to be extorted, corruption makes constant losers of them all, forcing them to bill the costs.

Thank you very much Joseph for your time and contribution. Anything else you would like to add?

JPA: I would just like to finish by saying that the anti-corruption movement stands at a crucial point right now in regards to public and political support. There’s a big gap between popular perceptions and the discourse of those working in compliance and other technical areas, and it needs to be addressed by accepting that both groups are largely mistaken in their assessments. Sure, we now have the ISO 37001, but it’s not really much of an improvement from previous initiatives such as UK’s BS 10500; sure, the operation Car Wash, and the Panama Papers and Odebrecht cases have exposed the level of political corruption in Latin America, but these point more to the increased capacity of journalists and prosecutors than to a rise in corruption levels. In other words, things are not as bad as people thing, but are also not as good as some experts tend to believe. The reality is that without a consistent and unified effort from different groups to pressure leaders into implementing reform, not much will change in the short term, except maybe for the extent of bureaucratic corruption. This area might see an improvement thanks to the transformation of the status quo in many developing countries, who are changing their electoral and governing styles and will keep reaping economic benefits as a consequence. But let’s not fool ourselves, the higher structures of the status quo will remain stable if we don’t take a different approach to curb corruption at the top.

DC

Elie Khoury, La Gerap+

© Pr. Hooshang Amirahmadi

Good morning Professor and thank you for having accepted our invitation. It’s a privilege and honor to have you here with us. If you don’t mind, let’s get into the debate; we know full well that your time is valuable. Professor Amirahmadi, you are known, among other things, as a presidential candidate for the 2013 elections in Iran. The Guardian Council rejected your nomination, is this true and why?

Yes, I was prevented from standing for the popular vote. The reason, I was told, was that the political situation of Iran at the time was “too sensitive.” They told me that certain people or groups are going to use my entry into the election to create political chaos. They also told me that I was popular with the people and my entry will initiate activities that could not be controlled. In reality, they were afraid that the Iranian people will demand that I be given a chance to stand for their vote. This is what the regime did not want. I was not just their type of candidate!

Do you understand the reason for this rejection?

They never officially tell you why you have been rejected. They certainly do not see me fitting the model of the theocracy that the Islamic Republic is. I am a secular nationalist social democrat.

You wrote an open letter to the Council in 2005, eight years before your candidacy. What did you tell them?

It is a 13-page letter. In a nutshell, I told the Guardian Council’s president, Mr. Ahmad Jannati, that the rejection of my candidacy is illegal and against Iran’s national interest.

Do you still dream of becoming president?

Yes, why not. Every Iranian has the right to try and the Iranian people have the right to freely choose their president. They also must be given an alternative besides the current “bad” and “worst” alternatives. They need a better alternative for building a better Iran.

What future holds for people (Iranian-Americans) like you in Iran?

Iranian-Americans are very different. Some will never return and others will dream of returning till they die. In the middle, there are many who do go back and forth, with some freely and others with certain political difficulties. A few even get arrested. Generally speaking, expatriates are not welcome by the Islamic regime, and the theocracy wishes them to stay abroad rather than returning home.

How Iranian-Americans are perceived in Iran?

Most are suspected of being anti-regime or even spies! The regime does not trust most of them and also think that most expatriates have become culturally decadent and unfitting of the theocracy.

Is it dangerous for you to go there?

No, it is not but there is always uncertainty and difficulty. The Islamic Republic is not a monolith and various forces there may have a different plan or view of people who travel there. I am a professor and a critic of the regime, as well as a political activist, but I am not a regime changer. I also observe the so-called regime’s redlines, particularly regarding the theocracy’s value system and sanctities.

What do you think you can do for your home country?

A lot, if I may claim! I am a professor of international development as well as an economic development planner. I can certainly put together a development plan for the nation and execute it to the best interest of the people. I have already drawn such a plan. On my website, I have posted my 2013 Campaign Plan, in Persian and English, and I am very proud of its vision, ideas and programs for Iran (http://amirahmadi.com/en/vision-plan/campaign-plan/). I have also spent our 27 years in US-Iran relations and have written extensively about what can be done with this cancerous relations. I believe I have a plan for a better US-Iran relations as well. My Whitepaper, posted on the site of the American Iranian Council (http://www.us-iran.org/white-paper) is a witness to this claim.

Why not to run in American elections (why Iran and not America)?

My simplest answer is this: Iran needs me more than the US.

You are considered as one of the most recognized expert on Iranian affairs. Do you think that you could have a role to play in the Trump administration?

Not officially but as an expert, certainly! I am already trying to make my mark on the emerging system and as before I plan to work with the new administration to promote better US-Iran understanding and dialogue. I will also be submitting a White Policy Paper to the Trump Administration, just like the Whitepaper I wrote for the Obama Administration.

As a specialist of the relationship between Iran and the United States, what can we expect in the coming months? To borrow the title of one of your books “Is Confrontation Necessary”?

No, still no confrontation is necessary between the two states. The Trump Administrations is still in the making, and from its make up so far in foreign and national security sides, we can see that it will be quite anti-Iran. It is very possible that the relations will suffer as more sanctions are expected to follow. I can say one thing with certainty, that there will be no war between the two nations, save for accidental encounters in the Persian Gulf. It must also be noted that Trump is a businessman and we can expect pragmatism as well, particularly because he need to make the US economy grow fast to create jobs, and the Iranian large market for trade and investment offers him a great opportunity.

You know the Clintons well. Are Bill and Hillary the same?

More or less yes, but there are differences as well. They are both democrats, well-educated, quite opinionated, and highly dynamic. But Bill is more domestically focused than Hillary who is more attracted to the international community. This makes Bill more of an economic person and Hillary more of a political and international operator. Bill had limited interest in foreign adventures, including regime change, while Hillary is more of an interventionist and do not mind to change regimes that she does not like.

Before the American elections, we heard from the Iranian administration that President Trump is the best candidate for Iran. Do you agree with that?

No I do not. None of the two candidates, Trump and Clinton, were really good for Iran. Hillary might have been a bit even worse because of her interventionist approach but Trump will also be tough on Iran unless Tehran gives him a deal he cannot resist. This deal must include both political retreat from certain Middle Eastern theatres, including Iraq, Syria, Lebanon and Yemen, and huge economic concessions – so huge that it will make Trump lift certain US sanctions on Iran, including oil and gas.

How influential is the American Israel Public Affairs Committee in US policy-making towards Iran?

I would say quite a bit but its power is due to the animosity between the US and Iran rather than to IAPAC’s own absolute power. Generally speaking, any lobby group that works in the direction of US policy can be powerful and influential. In contrast, any lobby group that works in the opposite direction of US policy, will not make it. IAPAC is influential when it comes to Iran because Iran and the US are hostile towards each other, and IAPAC presents itself as a guarantor of American interest (not directly Israeli’s). In one case, the nuclear deal, when IAPAC worked against the US policy, it failed to influence the result. It must also be noted that IAPAC’s influence goes through the Congress while its influence on the White House has always been limited.

Is Iran looking for normalization of relation with Israel?

Not at the moment but the Islamic regime’s anti-Israeli sentiment is mitigating by day. It is very possible that the two nations will be able to work out there ideological differences in the near future. Note that Iran and Israeli have no territorial, religious, historical or cultural problems between them. There problem is an ideological one, emanating from the Islamic revolution – which is slowly crumbling.

How do you see Iranian-Saudi Relations?

Very dangerous. Unfortunately, the relations is highly miss-managed on both sides, and the third parties in the region and beyond also interfere to create more animosity. It is imperative that the two nations resolve their political-ideological differences as geography has condemned them to live together and co-exist in peace.

In your opinion, what are the mistakes that have been committed by Iran?

Let me single out a few as the list is just too long. The first big mistake was that the revolutionaries did not want to live with each other and from the beginning they tried to eliminate each other. Specifically, the religious groups eliminated the secular forces and created a destructive divide among the people. The second mistake was taking American hostage, which led to Iraq’s war against Iran, lasting for 8 bloody years. The third mistake was to try to export the Islamic revolution to the neighboring states, a problem that continues to make Iran stay engaged in Syria, Lebanon and Iraq. The Forth mistake was to take on Israel and make it into an enemy, a problem that has also complicated Iran’s relations with the US. Finally, Iranian regime should have focused on domestic side and deliver on the promises of the revolution, including democracy, social justice, economic development and national independence in economic and political arenas. Instead, the Islamic Republic became increasingly involved in foreign adventures.

What is your opinion of President Rouhani?

He is a good man but not a good President or manager. He keeps making baseless promises, raising expectations that he cannot deliver. In a world of growing nationalism and populism, he preaches an outdated neoliberalism. His economic policy has driven the country to the brink of economic collapse, and his lack of interest in social justice has widened the already huge wealth and income gaps in the nation. Social justice, employment and economic “development” are not his favorite terms. He keeps talking about economic “growth” without knowing what it really entails and how it might be achieved beyond selling more oil in the international markets and importing junks and luxury items for the super-rich few! His foreign policy achievement is also nil to none. The JCPOA (the nuclear deal) has already proven a disappointment. His view of the political world is also outdated as he thinks that the world has become a theater of equal negotiating countries. He and his foreign policy team is oblivious to the fact that the world has increasingly moved in the direction of nationalism, protectionism and tougher competitions, and that only powerful nations can survive in such a global environment.

What are today’s problems of the Iranian Society?

The problems are too many to enumerate! Unemployment for the youth is critically high, in high double-digit figure. Inflation for necessities is equally high for a people who has actually seen its purchasing power decline in the last 4 yours. Economic growth is sluggish and oil dependent while economic development is not even on the agenda. Real economic sectors, including industries, are not growing; most are indeed underutilized or had to shut down in the last few years. Political reform is stalled and elections are increasingly “engineered.” Political factionalism is more intense than ever before and it is largely focused on grabbing power rather than offering a better alternative. It is now openly said that the Iranian people are caught between “bad” and “worst” options when they decide on whom to vote for, in presidential or parliamentary elections. Social problems are equally many and serious. Gender inequality is unacceptably high, and women suffer from significant legal, social and political discriminations. Youth addiction parallels their unemployment and is unacceptably high. Marriage age has increased to well beyond 30 years, diverse rate is very high, some say over 50 percent, and prostitution has become widespread. Then there are the problems in international relations. Relations with the US, Israel and Saudi Arabia are dangerously hostile and on the rise. Relations with even countries that are not seen as enemies are not often stable, including Europe. The Islamic Republic’s support for Hezbollah and the Palestine, and its interventions in Syria, Iraq, Lebanon and Yemen (less so) are highly contested by regional states and the West. Finally, Iran today suffers from a lack of “identity.” The Islamic Republic, which used to be Islamic and revolutionary is increasingly none. In the meantime, the regime has failed to catch up with the growing Iranian nationalism – which it sees as contrary to its theocracy. Thus, the Republic is becoming without a clearly defined identity, a situation that will sure create a tough crisis for the regime to manage.

Do you still believe that Iran will never initiate any preemptive strike against its neighbours?

Yes, I do but as I have said it before, only a “strong” Iran is peaceful not a “weak” Iran. Unfortunately, revolution, economic sanctions and conflicts over the last 37 years have weakened Iran significantly, forcing the Islamic Republic to intervene in its neighborhood to create a “strategic depth” to protect its theocracy. The problem is that whenever Iran is weak, not only it feels less secure and thus becomes aggressive, but its neighbors also take advantage of its weakness to initiate hostility leading to regional troubles and instability. The 1979 revolution weakened Iran and encouraged Saddam Hussein to attack Iran. After 8 years of war, Hussein then had to invade Kuwait to plunder it to pay for his debts. That initiated the US war against Iraq, and then the domino began and we see the result now in the form of many regional conflicts and tremendous instability.

Do you believe that Iran is a peaceful international actor?

A strong Iran is, but a weak Iran can be an aggressor or invite aggression against itself.

Thank you Professor for your time, it was a pleasure having you here with us. We wish you and your loved ones a Merry Christmas and a Happy New Year. Do you have a last word for our French readers?

Let me thank you for this opportunity and say Happy Holidays to you and to the noble people of France, including your readers. Let me also take this opportunity to say that a better Iran is a social-democratic Iran, and plea that the peace-loving French people support the campaign for such an Iran.

Elie Khoury, La Gerap+

© Sina Nassiry
© Sina Nassiry

Sina, merci de nous faire l’honneur de ta présence. Nous avons toujours pris plaisir à t’écouter parler de l’Iran et tu l’as inlassablement fait d’une manière juste, équilibrée et généreuse. En t’invitant à cet échange, nous souhaitons partager avec le plus grand nombre, les fruits des discussions qui nous animent. Pourrais-tu néanmoins commencer par te présenter, à ta manière, avec tes propres mots et mettre l’accent sur ce qui a forgé ton identité et les responsabilités qui sont les tiennes aujourd’hui ?

Tout d’abord, je te remercie toi, Elie Khoury, ainsi que les autres membres de la Gerap+ de me donner l’occasion de m’exprimer sur l’Iran, qui est le pays d’origine de mes parents et donc, la moitié de mon identité. J’ai été naturalisé français au début des années 2000 dans le cadre du regroupement familial et j’ai commencé par parler le persan durant mon enfance, avant même le français. Je suis donc binational et pleinement imprégné d’une double culture qui m’a été transmise par ma famille et par l’école républicaine. La richesse de cette alchimie culturelle m’a mené à occuper divers postes dans le conseil, l’industrie et maintenant la finance. J’occupe un poste d’analyse de marché pour un grand groupe français, en rapport avec l’Iran.

Cher Sina, est-ce si naturel que cela, pour un Français d’origine iranienne de s’intéresser à l’Iran ? As-tu déjà eu du mal avec tes racines, pris tes distances avec ce pays, est-ce qu’il y a déjà eu des discontinuités dans ton regard sur Téhéran ?

Plus jeune, j’avais rêvé d’être designer automobile, car passionné par les voitures et le dessin. J’ai toujours eu cette ambition jusqu’à ma terminale, année cruciale pour tout lycéen qui cherche la bonne orientation pour son avenir. Et puis, j’ai rétropédalé brusquement pour plusieurs raisons : les débouchés limités que ce choix m’offrait mais surtout, mon identité iranienne m’interrogeait : pourquoi était-ce toujours problématique de voyager aux USA même avec un passeport français ? Pourquoi l’Iran était perçu comme un pays peu accueillant ? Il faut rajouter à cela les accusations faites à l’Iran sur son soutien au terrorisme international, son programme nucléaire controversé, la réélection en 2009 de Mahmoud Ahmadinejad qui n’a pas été reconnue par la communauté internationale et les 40 dernières années d’histoire commune à la France et à l’Iran (présence de l’Imam Khomeini, exil de Farah Diba, Wahid Gordji etc.) Ce cocktail explosif a très largement contribué à mon changement de cap pour étudier les relations internationales afin de mieux comprendre le passé mais surtout, les enjeux à venir. Cependant, mon intérêt était aussi alimenté par une soif de voyages et d’une très large appétence pour la région moyen-orientale (sa musique, son folklore, ses langues etc.), assez naturel lorsque l’on a soi-même des racines orientales.

Comme je l’ai souligné, les relations bilatérales étant très politisées, mes parents se sont refusés à se mélanger à la diaspora iranienne malgré quelques amis iraniens. J’ai donc eu à faire face à une situation où à la fois je cherchais à comprendre mes racines mais dans une certaine limite. Cela ne les as pas empêchés de m’inscrire à l’école iranienne pour apprendre à lire et écrire mais également de m’emmener annuellement en Iran.

Enfin, l’ignorance des autres m’a paradoxalement poussé à me construire une base de connaissance solide pour corriger certains propos. En réalité, j’ai constaté que, singulièrement, chaque Iranien a pour ambition de promouvoir son pays, mais en distinguant bien la culture de l’Iran, de la politique et de la religion. C’est également dans cette optique je m’inscris en tant que « mini-ambassadeur » de l’Iran à Paris. L’Iran a malheureusement peu bénéficié d’une publicité favorable à son égard durant les dernières décennies et l’image qui en est souvent faite est celle d’un pays fermé, archaïque, misogyne et dangereux. J’essaie aussi de faire tomber les stéréotypes de ce genre même si par soucis d’honnêteté intellectuelle, je reconnais que l’Iran a besoin d’évoluer sur de nombreux points.

Je voudrais, toutefois, préciser que si cette interview était effectuée par une association iranienne en Iran, j’aurais eu la même fierté à parler de la France et de mon identité française. Ce qui vaut pour l’un vaut pour l’autre.

Selon toi, existe-t-il une diaspora iranienne influente en Europe, si oui, quelles en sont les places fortes ?

Les principales diasporas iraniennes en Europe sont celles de Londres, de l’Allemagne, notamment à Frankfort, Hanovre, Düsseldorf mais également en Suède et aux Pays-Bas. Parmi les personnalités connues de cette diaspora, il existe le chanteur Arash d’origine irano-suédoise qui est assez connu dans le milieu de la pop iranienne mais aussi Fahrad Moshiri (irano-britannique) qui s’est fait connaître pour avoir acheté le club d’Everton FC. Aujourd’hui, le ministère suédois de l’Administration publique est dirigé par Ardalan Shekarabi, d’origine iranienne. Golshifteh Farahani, la célèbre actrice ayant joué aux côtés de Leonardo Di Caprio, réside elle à Paris.

Cher Sina, quel avenir en Iran pour les supporters du Shah Reza Pahlavi ?

Il est inexistant. Premièrement, parce que la République Islamique est un régime très stable, bien enraciné et autosuffisant. Il ne peut y avoir de renversement comme on pourrait l’entendre. Deuxièmement, parce que 60% de la population iranienne à moins de 30 ans et qu’elle n’a aucune idée de ce que pouvait être la monarchie pour la réclamer. Par conséquent, j’ai pour profonde conviction que les réseaux monarchistes exilés aux Etats-Unis en soutien à Reza Pahlavi n’ont aucune chance d’aboutir. Nombreuses sont les chaînes de télévision pro-Shah diffusées aux Etats-Unis et qui peuvent être accessibles par satellite en Iran : et pourtant rien ne se passe.

Sina d’après toi, les Iraniens qui ont fui l’Iran vers les Etats-Unis sont-ils perçus par les autorités comme des personnes à surveiller ? Ou au contraire, les perçoit-on comme des facilitateurs avec l’extérieur ?

Non pas particulièrement. Au contraire, la police aux frontières accueille chaleureusement les Américains, d’origine iranienne ou non. Tout dépend de leurs activités politiques et des convictions politiques affichées. En plus des activités politiques, il existe une ligne rouge pour les autorités iraniennes, mais cela concerne tous les Iraniens résidant à l’étranger ; ceux de confession Bahaï ne peuvent se rendre en Iran car il y est interdit de pratiquer cette religion.

En tant qu’étranger à l’Iran, j’ai été frappé par la radicalité de plusieurs intervenants sur le pays. Je parle d’experts, hommes d’affaires, membres de la société civile qui hier diabolisaient le pays et aujourd’hui l’adoubent sans distance aucune. Comme s’il y avait une forme de schizophrénie ; détester / aimer, une forme de frugalité brutale dans l’approche de ce pays. As-tu déjà ressenti cela dans les débats en France lorsqu’il était question de l’Iran ?

Il y a une méconnaissance assez frappante de l’Iran en France de façon générale. J’ignore à quoi cela est dû, peut-être à l’entreprise de diabolisation médiatique qui en a été faite à partir de 1979. Les relations franco-iraniennes sont dans une certaine mesure, passionnelle.

La France est le pays qui a permis dès le début des années 60 à l’Iran d’acquérir un programme nucléaire civil sous le régime du Shah (Eurodif / Sofidif). La France a également été la terre d’accueil de l’Imam Khomeini lorsqu’il a été expulsé de l’Irak. C’est à partir des années 1980 que les relations se sont complexifiées. L’implication de la France dans la guerre civile du Liban a servi de levier à l’Iran, également impliqué au Liban, pour faire pression sur la poursuite des accords bilatéraux en matière nucléaire. La France avait arrêté sa collaboration avec l’Iran car elle considérait qu’elle ne négociait plus avec le même régime. Ainsi, la fin des années 1980 a été marquée par des attentats à Paris qui ont été attribués de près ou de loin à l’Iran en plus des otages français au Liban et l’attentat du Drakkar à Beyrouth. Rappelons qu’une des fameuses séquences du débat de l’entre deux tours des élections présidentielles de 1988 entre François Mitterrand et Jacques Chirac a porté sur Wahid Gordji, diplomate iranien accusé de complicité dans ces actions[1]. L’exil de Abdolhassan Bani Sadr (premier Président de la République islamique d’Iran), celui de Farah Diba, ancienne impératrice d’Iran, de Maryam Radjavi, Présidente des Moudjahidin du Peuple à Paris, fait de notre pays une place hautement stratégique pour l’Iran, et donc dans les relations bilatérales.

Il faut donc avoir l’ensemble de ces éléments en tête pour comprendre pourquoi les politiques ont tenu un discours vitriolant à l’égard de l’Iran pendant un nombre d’années. Personnellement, je comprends également la posture française pendant ces nombreuses années. Toutefois, il existe effectivement une « Iranomania » depuis peu, notamment après la signature du JCPOA. Ce retournement de veste s’explique par plusieurs raisons :

  • La stabilité qu’offre l’Iran et son potentiel économique.
  • L’exaspération d’une certaine élite de constater une alliance sans fondement avec les pétromonarchies sunnites du Golfe qui auraient une potentielle responsabilité dans le soutien au terrorisme islamiste que la France combat.
  • La machine médiatique a permis de redécouvrir un pays en matière culturelle et touristique en plus d’une culture qui s’exporte : le réalisateur Asghar Farhadi aura été un des pionniers de cette promotion culturelle depuis ces cinq dernières années.
  • Enfin, sans mauvaise foi, l’Iran est devenu « bankable « en raison de son caractère original qui plaît aux « bobos ». Si Jean-Paul Sartre et Michel Foucault ont été des partisans de la Révolution islamique à ses débuts, cette même classe sociale a fait de l’Iran sa nouvelle destination de villégiature. En effet, l’Iran, bien qu’au fait des dernières tendances stylistiques et technologiques, reste un pays authentique avec un patrimoine millénaire. L’Iran fait vendre et fait « chic » dans les mondanités car il reste un pays encore mystérieux par rapport au Maroc ou même au Liban pour le visiteur qui cherche à découvrir l’Orient. Son exotisme est donc bien apprécié dans une société qui est la nôtre aujourd’hui.

[1] http://www.ina.fr/video/I04261072

Y a-t-il des personnes que tu considères incontournables lorsque l’on en vient à parler de l’Iran ? Je parle d’hommes et de femmes que tu trouves pertinents ; des personnes que tu admires et pourquoi.

Il n’y a pas d’ « Hélène Carrère d’Encausse » de l’Iran à proprement parler mais certaines personnalités ont très clairement fait de l’Iran leur spécialité. Cependant, ce n’est pas à moi de juger la qualité de leur travail ni de leur pertinence. Tout d’abord parce que je n’ai jamais accompli à ce jour autant qu’ils ont accompli pendant leur carrière, mais aussi parce qu’en tant qu’Iranien, j’ai une idée assez générale des thèmes étudiés : en conséquence, j’ai une certaine idée de leurs travaux qui ne fait que confirmer mes opinions.

Cependant, j’ai un réel respect pour un certain nombre de personnes qui s’intéressent à l’Iran. D’un point de vue universitaire, Jean Kellens a dirigé la chaire de langues indo-iraniennes au Collège de France pendant une vingtaine d’années et a mené des travaux sur le zoroastrisme, première religion d’Iran datant du pré-judaïsme (2500 ans avant J-C). Bernard Hourcade, lui est un géographe qui est aujourd’hui Directeur de Recherches au CNRS et qui a toujours eu, à mon sens, une analyse fine sur les problématiques iraniennes. Sur les questions économiques, Thierry Coville, professeur à Novancia, a mené d’importants travaux de l’Iran sous sanctions. Je finirai par trois, sociologues, Constance Arminjon, Farhad Khosrokhavar, et Yann Richard, qui s’intéressent davantage aux problématiques de l’islamisme, mais également des relations entre le chiisme et l’Etat iranien.

Les blogs de deux journalistes, Armin Arefi et Georges Malbrunot, respectivement sur Le Monde et le Figaro sont de bonnes sources d’informations. Récemment, la journaliste Mariam Pirzadeh, envoyée spéciale de la chaîne d’information France 24, a tourné d’intéressants sujets sur des facettes cachées de l’Iran.

Enfin, Me Ardavan Amir-Aslani, avocat franco-iranien, a, en plus d’avoir brillamment réussi dans les affaires entre la France et l’Iran, écrit de nombreux ouvrages sur la géopolitique du Moyen-Orient et de l’Iran. Son aura fait du bien à notre diaspora car comme je l’ai dit précédemment, l’Iran n’a pas bénéficié d’une bonne image pendant de nombreuses années. Ses interventions à la télévision contribuent à une bonne vulgarisation de ce qu’est l’Iran au XXIème siècle.

Des acteurs de la société civile se sont également penchés sur l’Iran, notamment le Cercle Iran Economie qui a organisé plusieurs débats au Sénat sur les enjeux de l’ouverture économique. Il y a également un nouveau site d’information sur la presse iranienne qui a éclos ces derniers mois, connu comme « Les Lettres Persanes ». Il propose des brèves analyses et riches revues de presse hebdomadaires de l’actualité iranienne.

Si l’on comparait la relation entre la France et l’Iran à un corps malade, dans quel état dirais-tu qu’il est aujourd’hui ?

Je dirais que les deux pays ont eu la chance d’être supervisés par de très bons cancérologues et que la chimiothérapie a bien fonctionné. Une rechute est, bien évidemment, toujours à prévoir.

L’on joue beaucoup de l’argument : « Les Allemands et les Italiens sont loin devant vous les Français pour conclure des affaires à Téhéran, bougez-vous pour y aller, sinon vous passerez à côté de nombreuses opportunités. » Est-ce si mauvais d’être troisième ?

Tout dépend de l’objectif fixé ! Il faut se dire aussi que ces deux pays n’ont pas participé aux négociations sur le nucléaire et que, de ce fait, ils ne sont pas politiquement « connotés » dans leur diplomatie économique. Cet élément est à prendre compte car très souvent, la presse iranienne a décrié la position de Laurent Fabius pendant le cycle de négociations du JCPOA. Pour le moment, les deux seuls constructeurs européens qui sont établis en Iran sont français : le Groupe PSA et Renault. Cela place la France au premier rang ! Cela concerne également l’hôtellerie puisque le Groupe Accor gère deux hôtels à Téhéran. Je n’ai pas, à ma connaissance, d’informations selon laquelle des mastodontes industriels allemands ou italiens aient établi de réelles affaires à ce tel niveau d’avancement.

Nous avons déjà entendu, notamment d’officiels iraniens, que le président Donald Trump sera meilleur avec l’Iran que n’aurait jamais pu l’être Madame la secrétaire d’État Clinton si elle avait été installée à cette fonction. Partages-tu ce sentiment ?

Effectivement, bien que cela puisse paraître contradictoire avec les nombreuses déclarations du nouveau Président des Etats-Unis. Personnellement, je vois Trump comme le moins pire des candidats pour l’Iran.

Je perçois Trump comme un homme d’affaires qui a géré des activités commerciales et sa fortune pendant de nombreuses années sans véritable colonne vertébrale idéologique. Bien que les dernières nominations pour son cabinet ainsi que le vote du Congrès[1] aillent dans le sens contraire des intérêts de l’Iran, je crois en un calcul rationnel de sa part. Si Boeing et General Electric Oil ont pu obtenir des autorisations exclusives de la part du Trésor pour négocier avec l’Iran sous l’administration Obama, et si cela aboutit concrètement à des relations commerciales entre les deux pays, alors il n’y a aucune raisons que Trump coupe l’herbe sous le pied d’ouvriers dans le domaine de l’aéronautique ou de l’énergie. Je ne vois pas comment il justifierait d’empêcher de la création d’emploi et de richesse.

Hillary Clinton a, quant à elle, une posture idéologique bien plus prononcée que Trump. Son tempérament me paraît plus belliqueux, moins diplomate que John Kerry a pu être, mais surtout, sa proximité avec Israël mais également les pays arabes du Moyen-Orient auraient très largement été en défaveur à l’Iran.

Dans les deux cas, je pense qu’aucun des deux n’auraient cherché à toucher au JCPOA. Mais je pense que l’esprit pragmatique de Trump dans les affaires pourrait être favorable aux intérêts iraniens tandis que Clinton s’y serait opposé.

[1] http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/12/03/l-iran-s-offusque-du-maintien-des-sanctions-americaines_5042787_3218.html

Parmi les quelques candidats connus à la présidence en France, quel serait d’après toi le candidat le plus amical envers l’Iran ?

Lors des primaires de la Droite du Centre, le candidat gagnant, François Fillon a souligné à plusieurs reprises l’importance de discuter plus amplement avec l’Iran dans la lutte contre le terrorisme. La gauche française a traditionnellement pris parti en faveur des Moudjahidin du Peuple, hostile à la République islamique mais il est primordial de saluer le pragmatisme du Président François Hollande lors de son mandat pour avoir accepté les négociations sur le programme nucléaire iranien en juillet 2015. Quant à l’extrême droite, Jean-Marie Le Pen a toujours affirmé soutenir l’Iran mais Marine Le Pen est encore trop timide sur ce point là ; si elle n’a pas encore demandé le départ de Bachar Al Assad en Syrie, elle critique pourtant les alliances de la France avec les pays du Golfe. Ce n’est pas pour autant qu’elle souhaite un rééquilibre de la diplomatie française au Moyen-Orient au profit de l’Iran.

Le président Rohani est-il d’après toi sur la sellette pour les prochaines élections et pourquoi ?

Oui il peut l’être. On observe un retour très marqué des conservateurs et des cléricaux qui barrent la route au gouvernement iranien : programmation de concerts annulés au nom de la proéminence du religieux sur le culturel, libération de Moussavi et Karoubi toujours bloquée (les deux candidats réformateurs des élections présidentielles de 2009) mais surtout les conséquences du JCPOA qui se font encore attendre.

Rohani risque de perdre la Présidence car les promesses d’une bouffée d’oxygène se font attendre. Si les prix sont plus ou moins stables, le pouvoir d’achat des Iraniens sur tout le territoire reste inférieur à ceux espérés avec les promesses d’une ouverture sur le monde. Les investissements étrangers tardent car les circuits bancaires avec l’Iran ne sont pas automatisés ni rétablis comme ils auraient dû l’être. En bref, il y a un ce sentiment général qui est de penser que l’Iran s’est fait avoir en ayant renoncé à sa souveraineté, son programme nucléaire sans avoir récolté quelque chose de concret en retour. Pourtant, Rohani peut également gagner à nouveau la Présidence car les gens se sentent plus libres, moins sous pression et qu’une véritable classe moyenne s’est développée depuis ces cinq dernières années.

Cher Sina, on prête aux jeunes Iraniens un côté ouvert, n’hésitant pas à dire de cette population qu’elle aime boire, consommer et sortir. On résume l’occident à ça et les interlocuteurs iraniens, les plus à mêmes d’échanger avec les Occidentaux à ce côté. En d’autres termes, faut-il être plus occidentalisé que les Occidentaux pour traiter avec eux ?

Il y a une dichotomie entre la population civile iranienne et ses cadres dirigeants. S’il y a une frange de la jeunesse iranienne qui s’indexe sur un mode de vie occidental, elle ne reste toutefois pas majoritaire en Iran. Comme je l’ai dit plus haut, l’émergence d’une classe moyenne avec un mode de consommation proche de nos standards ne signifie pas cependant une rupture totale avec les valeurs qui sont propres aux Iraniens. Par conséquent, je pense au contraire qu’il est primordial d’être au fait des us et coutumes locales pour être respecté et apprécié par son interlocuteur iranien, surtout dans le monde des affaires et de la politique.

Pour terminer, pourrais-tu nous faire part d’un point que tu aurais aimé aborder dans cet échange et que nous n’avons pas eu l’occasion de discuter. Quelque chose qui retient ton attention ?

Mon opinion la plus personnelle à propos de l’Iran serait celle-ci : avant même de comprendre l’Iran par les livres, sa langue, sa politique ou son histoire, commencez par goûter à sa cuisine. Ses saveurs et son raffinement sont de très bons indices pour comprendre l’étendu des subtilités que regorge ce pays !

Cher Sina, si nos lecteurs souhaitaient entrer en relation avec toi, quel moyen le plus simple pour te contacter ?

Mon adresse mail : nassiry.sn@gmail.com

Sina je te remercie de nouveau de nous avoir fait l’honneur de ta présence et d’avoir pris la peine de répondre à nos questions.

Tout le plaisir est pour moi.

Elie Khoury, La Gerap+

Mr Adut, it’s an honour and a privilege to speak with you. The first time we heard about you was on Western Sidney University’s video! What an amazing story! What an incredible source of inspiration! Video, which we invite you to rediscover, before our interview:

What are your first impressions? Do you feel proud, happy, sad or embarrassed by such attention?

I feel proud about the video – it’s a masterpiece! They are very talented at UWS.

How did the Western Sidney University identify you? I mean, how did a University notice amongst its 40 000 students one particular story of life?

I was a good student. I never missed a single class. And I worked full time. I volunteered for two years giving back to the community.

The Western Sidney University made a video of two other successful former students, Mr Jay Manley and Mrs Melissa Chiu. Do you personally know them?

No, I don’t know them.

You can see below the videos of Mr Jay Manley and Mrs Melissa Chiu:

How do you feel about international institutions, which are sometimes criticized, like the United Nations?

They should do more; have more resources, be given more support.

Can we say that the city of Western Sidney took care of you? Do you feel at home there?

Yes, it’s my home.

To move from a country at war to a country at peace must have been disturbing? Did you dream of a place like this?

It means that you appreciate peace more.

By the bye, what did you want to become when you were a kid?

I wanted to be a fisherman.

We have the feeling that even in Sidney; life was still hard for you?

Very hard.

Did you meet other children like you in Sidney?

No, I never met anyone like me, but some of them came after me.

Did you really learn to read by yourself?

I read the Bible, and I was taught by my friend, a former policeman. He mentored me.

Do you understand and explain, why other people, with the same history, would not have succeeded? What sets you apart?

Because I’m hungry to learn. I never turned down an opportunity. I tried to gain back all the lost opportunities in life. I’m open for new ones too that are coming, and I will never let them pass me by.

Does justice mean something to you. Is this why you wanted to become a lawyer?

No, I wanted to become a lawyer because my brother suggested it. Justice became part of it after I learned about law, and after I learned what had happened to me.

How do you see your future?

A life without regret, that’s my future. Living without a single regret – what I do, what I say.

What would be your advice to students in Law?

Don’t get into law because you want to make money. Get into law because of justice and fairness. If you think that something is bad and you don’t want it to happen to you, it’s your duty to stop it happening to others. How do you want to be treated? You don’t belong in law if you don’t care about how people are treated.

Do you dream of returning to your country of origin?

I dream of going back to Sudan, to correct wrongs and to do something for my fellow South Sudanese. But not to move there permanently, because Sydney is also my home now.

*Interview carried out with the help of Mrs Caroline Ayling and Mr Ryan H.

*During the interview many questions related to more personal matters and sometimes intimate were asked. Understandably Mr Adut kindly indicated that he wished to keep some of his life secrets to himself. However, we thank him for sharing some of the strong moments of his admirable story with us.

Stéphanie, Diana and Elie Khoury

La Gerap+

 

François Nader: Good morning Mr Sawaya, I am François Nader, at La Gerap+ our goal is to promote transparent and valuable information; this is the reason I address you today. I thought it would be interesting to get your opinion on a few matters, through a series of questions. We recently interviewed Mr Jean-Philippe Gry, director of Porcher Industries; and Mr Georges Corm, former Lebanese Minister of Finance.

Following, are the questions we would like to get your opinion on, after a brief introduction of yourself.

Mr Paul Sawaya: Dear Francois, thank you for giving me the space to express my opinion about these topics.

As an activist and observer since the end of the Lebanese civil war (1990) and member of several crisis groups (UNHCR, USAID) and local civil society organizations (Lebanese Association for Democratic Elections, Mercy Corps, Search for Common Ground) I have seen the changes coming especially after the 09/11 attacks on the USA and the wars initiated by the USA in Afghanistan and Iraq and the consequent disasters following.

The Arab world is experiencing a very unstable phase that started in Tunisia in 2010 and is still going strong in Syria and Iraq. What is, in your opinion, the major world event that led to this crisis?

The Arab spring which started in 2011 and turned into a bloody winter immediately afterwards for several countries like Egypt, Bahrein, Syria and Yemen happened as the world powers interests in the region shifted from protecting dictatorships and sponsoring their parties to another approach meant to show the world that freedom and democracy can also be part of these countries. Of course this was not the full truth about the real motivations behind the shift of attitude towards some of the countries in the region. The main interests were to divide the region into sectarian entities but taking advantage of the widespread use of social media and the youth to generate the changes to serve the ultimate goal of redesigning the Middle East. The youth of the area was in strong need of democratic changes and the world powers seized this opportunity to serve their agenda.

Would you consider this crisis as originating from the insides of aforementioned countries? Or triggered by other world powers?

The changes were both initiated internally when the regimes in place in these countries were no longer « sacred » but also by the international community which stood aside if not encouraged the changes. Of course there were some good intentions at the beginning behind seeing those changes happening that immediately shifted to serving the international community own agendas like in Syria to topple the Assad regime seen as too close to Iran and Egypt to get rid of a dictator who became a burden for the USA.

Who in your opinion, would benefit from such a war in the Middle East? And who is the main loser?

Arab countries and diverse and multicultural societies are the main losers of the changes. Instead of having more democratic regimes and freedom of expression, the area shifted into chaos with deep sectarian divides and the surge of extremist groups and ideologies. This of course served the cause of other totalitarian regimes in the area and Israel which has now no powerful opponents in its immediate neighborhood and would build on these sectarian divisions and hatred to reinforce itself and its image.

How do you classify Middle Eastern countries, in terms of safety, in the light of the crisis? (Countries such as Lebanon, Jordan, Saudi Arabia, Iran Qatar, Kuwait, Bahrein…)

None of the countries mentioned above are safe nowadays, except Lebanon which has become immune to the attacks over the past 4 years when finally the political establishment agreed to politically cover the work of the different security forces and intelligence apparatus and their coordination and information sharing. The international community is also putting Lebanon under an umbrella which allows a minimum security stability for the country to sustain a political deadlock and an ongoing protracted crisis in neighboring countries. The extremist groups will still try to destabilize the countries where Shiite and Sunni live. The coming days will be crucial in demonstrating the above.

Geographically speaking, where do you see the war in Syria and Yemen extending?

The war in Syria has already extended to Iraq and will maybe extend to Jordan. It has impacted Lebanon of course by further deepening the existing political and sectarian divides of March 8 and March 14 and led to a political vacuum in the presidency and a paralysis of the other state institutions like the Parliament and the Council of Ministers. The Gulf countries are likely to be more hit by the Yemen ongoing war between the GCC led forces and the Houthis backed by Iran. This struggle will be exploited by extremist forces to put off balance these countries and redistribute the cards. Signs have begun with the attacks on the mosques in Kuwait and Saudi Arabia targeting the Shiite minorities there. Bahrein is still a vivid conflict that the West and the Arab media blackout in order not to upset the Saudi Arabian monarchy.

How would you describe the group ISIS: what led to its establishment? What are its main goals? How is it funded and kept in order?

ISIS is a creation of multiple interests to serve the purpose of redesigning the region’s geography at a lesser cost, without a real war. The deep reason behind its creation is the Sunni frustration due to the USA policies in the region after the fall of Saddam Hussein’s regime. The traditional Sunni leaders serving in the army and the other state institutions have been removed to the benefit of a vacuum. These Sunni elements founded ISIS. ISIS has shown after a year of its creation that it has a structure, objectives and is capable of mobilizing youth. The group has been authorized and accepted by the regional powers like Turkey and Qatar and was funded initially to counter the Assad regime. Its survival is only linked to the completion of the agenda of its creation.

What are the possible impacts of the fighting in the Middle East, on the division of world powers such as the USA, Russia and Europe?

World powers have been affected by the Middle East turmoil, mainly Europe which is witnessing vast movements of refugees seeking to settle in it, but also the extremist groups who will one day upon returning to their home countries in Europe trigger terrorist attacks.

Russia has put considerable resources in Syria to back the regime and is also faced with threats from extremist groups internally. It is also in confrontation with the West in the Ukraine crisis and has been sanctioned. The big question remains how long can Russia sustain the above and what costs can it still be able to afford.

The USA policy in the region has shown its weakness and major flaws. It is improbable that air strikes or support to moderate groups can change much of the actual situation.

How can a country like Syria recover from the devastating war it’s going through?

Syria can only recover through an internal dialogue between representative people or parties on the future of the country. This dialogue should start by a transition phase where all fighting parties would sit together in a transition council who’s mission would be to draft a political agreement ending the war under the umbrella of the United Nations. The world powers should fully support such an initiative as it happened for Lebanon through the Taef agreements but not seeking to impose an agenda on the Syrian parties.

What is the best political solution for Lebanon, to survive the crisis with the least damage done?

Lebanon should understand that the political deadlock can’t go on, elections should be held for a new parliament, a president should be elected and a national salvation plan triggered to support democratic and economic reforms. The parties should all disengage from the Syrian conflict as a start and support a political solution to the Syrian crisis where Lebanon can play the role of mediator between parties.

Do you think peace in the region will be established soon? And what might accelerate such a process?

Peace in the region will prevail but not in the near future. It might take another 4 to 5 years for the region to find stability by the time the world powers interests converge and a general agreement is found for the people of the region. The actors of the war should also accept to seriously discuss political solutions to the crisis.

Thank you Sir.

François Nader

La Gerap+

©Galibert Olivier
©Galibert Olivier

Avertissement

– Les opinions ici exprimées sont personnelles, fruits à la fois de mes perceptions et entretiens et ne doivent être élargis à d’autres champs, comme professionnel ou privé.

– Les propos formulés n’ont pas l’ambition de diffamer, exclure, humilier ou insulter qui que ce soit.

– Les propos formulés ne cachent aucun sous-entendu ou autre projet que celui de faire part de la voix de la personne avec laquelle je me suis entretenu et dont les propos peuvent révéler un intérêt pour tous les prenants parts.

– Si vous avez identifié dans mon propos ou ceux de la personne avec laquelle je me suis entretenu des éléments blessants, vous pouvez me demander de les retirer par email à l’adresse suivante : contact@lagerap.com

Druze Puzzle

La communauté Druze est méconnue, comme d’ailleurs les autres communautés religieuses dont on parle régulièrement, sans au final en connaître l’histoire, Raymond Aron disait pourtant que « l’incompréhension du présent naît forcément de l’ignorance du passé », perspective qui devrait être de chaque perception et notre prologue décliné à tous les domaines, toutes les questions et ce alors que Socrate se répétait « scio me nihil scire ».

Mais le crime moderne transperce par sa froideur, ou son indifférence que le Pape Benoît XVI martèle. Joseph Stiglitz, ancien chef économiste de la Banque Mondiale décrit une guerre technologique moderne conçue pour éradiquer tout contact physique, jeter des bombes à 1 500 mètres d’altitude empêche de ressentir ce que l’on fait. On peut imposer sans faiblesse des politiques auxquelles on réfléchirait à deux fois si l’on connaissait les gens dont elles détruisent la vie… on réfléchirait surtout à deux fois, si l’on considérait que ces gens pourraient également détruire la nôtre ; cela force immanquablement la prudence et le respect.

Sommes-nous alors face au culte de la peur ?

Non, à celui de l’humilité et de la faiblesse, « c’est lorsque je suis faible, qu’alors je suis fort », confiant mes craintes à Dieu, je m’efface, pour le laisser agir. La faiblesse devient alors une armure, puisqu’il n’y a que le fort au final, qui peut choisir de s’abaisser, mais surtout parce qu’il n’y a que le faible qui en appelle à Dieu. Le Tout-Puissant s’est ainsi incarné dans le peuple Juif parce qu’il était le martyrisé de tous, raison à cette élection et non à celle d’une quelconque prédestination à la suprématie. Vous l’aurez compris, la souffrance éduque avec autorité l’humilité qui regorge de secrets inestimables.

Ainsi, les responsables politiques français à Beyrouth m’expliquaient combien l’attitude des dessinateurs parisiens était dangereuse pour tout Français vivant en dehors des frontières de son pays, mais surtout pour les dessinateurs eux-mêmes et ce alors, qu’un des leurs, d’origine algérienne se décrivait comme un simple « bouffon »… oubliant le sort réservé à ceux qui ne parvenaient à faire rire les rois. Par ailleurs, il expliquait combien la difficulté d’être publié l’isolait chaque jour un peu plus dans l’excès, c’était à celui qui irait le plus loin. Ôter la vie d’un homme, ne peut être excusé, mais je me demande seulement si on oserait dire les mêmes choses, face à ceux qu’on pointe du doigt, tout n’est au final qu’une question de distanciation, une erreur dans un monde où les frontières sont pourtant rappelées toujours plus minces. Malgré cela, nous continuons à cadenasser l’histoire humaine dans tel ou tel attribut, effort égoïste, simpliste et tentant d’ingurgitation.

Très peu de personnes, moi le premier, seraient ainsi capables d’énumérer les caractéristiques constitutives de la religion musulmane ou même chrétienne, premièrement par méconnaissance et deuxièmement parce qu’une recherche « scientifique » se diluerait bien rapidement dans les convictions personnelles. Ce n’est pas nécessairement une erreur d’ailleurs, tant que la méconnaissance ou les convictions ne se détournent pas de l’amour et du respect de son prochain, dans pareil cas, nous pourrions même nous dispenser de l’étude. Restent alors les vérités et les faits, ou les rencontres, et une récente invitation, renouvelée, avec un représentant politique druze m’ont permis d’en apprendre davantage sur ces mystérieux habitants.

Ce qui frappe à première vue dans la région montagneuse d’Aley au Liban acquise à la communauté Druze, c’est son nombre édifiant d’églises, on comprend alors ce qui sera expliqué un peu plus loin et qui s’assimile à un accord tacite entre des communautés aujourd’hui minoritaires. Cette jonction n’est peut-être toutefois pas si complète et réelle, mais mon hôte m’invite à la considérer. Une entrevue commence alors avec un chef politique, médecin de profession et conseiller d’un premier ministre africain, de toutes les casquettes, il est appelé le plus à relever la cause de ces milliers de personnes « qui comptent sur lui » devant toute tribune et c’est précisément ce qui nous réunit ici.

Avant tout, il met en garde sur le positionnement de la France à l’égard du pouvoir de Bachar Al Assad en Syrie et questionne : « Est-ce que vous toléreriez que Bachar vienne vous enlever votre président ? » Bien qu’une partie des Français ne refuserait cette occasion, la comparaison reste démesurée, mais son fondement est juste et interroge sur le positionnement français à l’égard de la Syrie, quel est-il ?

Mon silence fait jaillir chez lui l’expression d’une satisfaction, l’heure ne serait ainsi plus à se défaire de Bachar Al Assad, ce à quoi je reste pensif. À cela, il rajoute que la France, « mère » de nombreuses communautés dans la région se doit de retrouver une voix au Moyen-Orient et un ton bienveillant à l’égard de tous ceux qui espèrent en elle, faute de quoi, ses enfants abandonnés se chercheront une nouvelle mère, et un père s’il le faut ! Moquée est l’attitude d’assimilation avec la position américaine et de nouveau une fausse interrogation : « Que ferez-vous après ? » La France, comme de nombreux pays ont compté/comptent sur les États-Unis, ce n’est pas l’amitié qui est décriée, mais le manque d’envol, le « que ferez-vous après » OTAN est une mise en garde qui va conditionner notre échange.

Le risque d’attentats en France serait d’après lui bien réel, mais n’aurait encore atteint son paroxysme, car les dirigeants « syriens et iraniens patients, privilégient encore le dialogue », il nous faut savoir ainsi que les Chiites seraient des hommes réfléchis, stratèges ou encore endurants avant de me questionner de nouveau : « Que feriez-vous demain s’il était demandé à 800 personnes insoupçonnables sur votre territoire, de commettre des attentats ? » Le ton est de nouveau rappelé.

Mais, ce n’est pas la menace qui triomphe dans son discours, mais l’appel à la raison et des invocations : « Ne méprisez pas le faible ! » « N’attisez pas la violence ! », « Ne poussez pas les Iraniens à bout ! », « Est-ce Daech que vous souhaitez ? »

À ce stade de l’échange donc, il est évoqué :

  • Une France qui serait devenue particulièrement agressive à l’égard de ses anciens protégés au Moyen-Orient.
  • Une France qui sous-estimerait la capacité de défense de ceux qu’elle agresserait aujourd’hui.
  • Une France dont on ne connaît plus vraiment le positionnement, après le « va-t-en-guerre » d’apparence du ministre des Affaires étrangères, que reste-t-il ?
  • Une France qui n’est elle-même pas convaincue du bien fondé d’une telle posture.
  • Bachar Al Assad qui devait être balayé d’un revers de la main s’avère être plus endurant que prévu, poussant les acteurs à revoir leurs positionnements.
  • La France est invitée à reprendre son rôle historique, à se réapproprier sa voix dans le Concert des Nations.
  • La France est considérée comme la « mère » de plusieurs communautés minoritaires.
  • Or, sans réaction de la France, les communautés cherchent et se chercheront de nouveau d’autres soutiens.
  • La France serait soumise à un agenda outre-Atlantique.
  • Que resterait-il à la France si les États-Unis se désolidarisait d’elle ?
  • Que ferait la France si de l’Europe l’OTAN finalement se retirait ?
  • Une mise en garde est lancée.
  • Le risque d’attentats en France serait bien présent.
  • Le risque d’attentats en France pourrait être multiplié.
  • Le risque d’attentats en France est instrumentalisé.
  • Syriens et Iraniens pourraient avoir un rôle dans la multiplication de ces derniers.
  • Syriens et Iraniens privilégieraient encore le dialogue.
  • Les attributs chiites seraient la réflexion, une stratégie endurante et une patience imperturbable.
  • Toutefois, 800 personnes insoupçonnables suffiraient à enflammer la France.
  • Il ne faudrait mépriser ces mises en garde et se croire hors de portée.

À la suite de plusieurs nouvelles questions sur la réputation des Druzes à trahir leurs alliés ainsi que sur les attentes de sa communauté à l’égard de la France, mon hôte me répond que les Druzes n’attaqueront jamais les premiers. Ils croient en la présence de Dieu aux côtés des plus faibles et en cette raison ne souhaitent pas perdre son appui et sa grâce. Toutefois et ce bien qu’un Druze ne trahirait pas son allié, il n’accepterait pas pour autant une atteinte à son intégrité ou à son honneur et aurait le devoir, par un moyen ou un autre de se venger, sans quoi Druze, il ne serait.

Les Druzes seraient ainsi fidèles dans leurs alliances, gare toutefois à ne pas les trahir ou mentir sur ses véritables intentions révélant ainsi une capacité à prendre les devants et surprendre des alliés désormais considérés en ennemis ; traîtres sur le puzzle ambiant, ils seraient en réalité de fins politiques.

Quant aux attentes, la Communauté espère un geste envers Bachar Al Assad, un pas vers un rétablissement des relations qui passerait par exemple par une réouverture des ambassades. L’objectif étant de protéger les minorités druzes, alaouites ou chrétiennes, voire même sunnites qui seraient les victimes de la violence de factions terroristes, divisées et semant la terreur.

Nul ne comprend pourquoi ce pays a été mis à feu et à sang, mais d’après lui, il serait encore temps de sauver ce qui peut être sauvé et Bachar Al Assad accepterait toute attitude allant dans ce sens.

Toutefois, on a pu le voir avec le Hezbollah, la Russie ou encore l’Iran, il n’y a pas de personnification de la relation avec la Syrie, mais bien un impératif : ils n’accepteront pas que Bachar Al Assad soit défait par les Occidentaux selon des conditions qui ne sont pas les leurs.

À ce stade de l’échange donc :

  • Les Druzes minoritaires dans la région auraient la réputation de trahir leurs alliés et de se défaire facilement de leurs alliances.
  • Ce à quoi le chef druze répond négativement, la position minoritaire ayant alimenté une attitude prudente les rendant extrêmement sensibles à ce que leurs alliés pourraient projeter. Ces conditions poussent les Druzes à être extrêmement attentifs à leur environnement et à être prêts à changer rapidement de position.
  • Les Druzes cultivent la posture défensive, plus agréable à Dieu et n’attaqueraient jamais les premiers.
  • Les Druzes toutefois n’accepteront jamais une atteinte à leur intégrité ou leur honneur.
  • La vengeance est un devoir.
  • La peur de mourir occultée, le Druze croit en la réincarnation.
  • Les Druzes espèrent un geste envers Bachar Al Assad.
  • Les Druzes sont convaincus que personne ne souhaite voir Daech à ses frontières.
  • Les Druzes garantissent que Bachar Al Assad serait capable d’effacer tout ce qui s’est produit à condition que le dialogue avec les Occidentaux soit officiellement rétabli, sous-entendant qu’officieusement il l’est.
  • Bachar Al Assad serait prêt à négocier des faveurs aux Européens dans leur lutte contre le terrorisme ; est évoqué l’échange de données.
  • Les alliés de la Syrie ne sont pas contre un départ de Bachar Al Assad mais certainement pas calqué à un calendrier occidental.

Les Américains sont accusés de tous les maux sur terre, or il apparaît sur le terrain que tout le monde recherche leur soutien, leur silence et leur stratégie jettent dans la confusion leurs protégés qui se retournent vers des anciens partenaires historiques. La Russie n’est jamais apparue aussi forte, la France est également sollicitée, mais d’autres acteurs européens plus discrets se font incontournables, je suis ainsi marqué par la réputation des Italiens qui depuis plusieurs années se développent économiquement, nouant des alliances effectives.

Toutefois, la nature complexe du terrain, ainsi que l’esprit virevoltant des Arabes conjuguent des visions éternelles à des mécaniques de mouvement foudroyantes ; une sagesse divine au coeur enflammé.

Au Moyen-Orient, l’histoire n’est pas différente de la nôtre, puisqu’elle est humaine. Cette région qui n’a peut-être jamais été aussi bouleversée, n’a pourtant jamais été aussi proche d’être libérée car tout y est toujours espéré.

Et puis c’est bien de là-bas qu’on a appris que l’on meurt, mais surtout que l’on ressuscite.

Elie Khoury

La Gerap+

©almoutran.com
©almoutran.com

Le Lieutenant-colonel Al Asmar est un des artisans des lois libanaises élaborées en faveur des populations les plus fragiles que sont les femmes, les enfants et les travailleurs domestiques venus de l’étranger. Son engagement depuis plus de 20 ans auprès des Libanais frappés par la traite des êtres humains fait de lui un expert sur cette problématique dévastatrice puisque les enfants sont enrôlés de plus en plus tôt sur les théâtres militaires intérieurs. Ainsi, il a été auditionné plus d’une cinquantaine de fois par le Parlement libanais sur cette problématique et a conduit plusieurs missions à l’étranger, invité à s’exprimer par l’Union européenne ou encore les Nations Unies. Le Lieutenant-colonel Al Asmar intervient également à l’Université Saint-Joseph pour sensibiliser tant les juristes sur le fonctionnement du système judiciaire que les futures sages-femmes sur la détection des violences conjugales.

Bonjour mon Colonel et merci de nous faire l’honneur de votre présence et ce à la veille de votre départ pour l’étranger. Je vous ai présenté à nos lecteurs, mais vous, comment vous décrivez-vous ?

LCL Al Asmar : Merci infiniment pour votre invitation, c’est toujours un plaisir pour moi d’échanger avec des personnes ayant un intérêt pour ces problématiques qui frappent les personnes les plus fragiles dans nos sociétés. Comme vous le savez, je suis un Colonel de la Police libanaise et un expert de la lutte contre le trafic des êtres humains. La protection des populations vulnérables est mon champ de bataille, que cela soit au travers de la lutte contre les violences domestiques ou celle pour la défense des enfants engagés sur les théâtres militaires.

Pourriez-vous nous parler de ces enfants frappés par la situation d’instabilité qui touche le Liban ?

LCL Al Asmar : Oui, les enfants sont enrôlés sur les théâtres de confrontation au Liban, Tripoli en est un des exemples les plus tristes et les plus récents avec deux groupements sunnites qui s’affrontent sans plus distinguer l’enfant de l’adulte. Nous menons ainsi des campagnes de sensibilisation pour expliquer aux responsables militaires, aux familles, mais aussi aux autorités religieuses que pousser un enfant à prendre les armes est un crime !

Pourriez-vous nous expliquer comment sont enrôlés ces enfants et à partir de quel âge leurs parents considèrent qu’ils peuvent aller au combat ?

LCL  Al Asmar : Ce n’est ni plus ni moins du lavage de cerveau, les chefs militaires font pression sur les familles pour envoyer leurs enfants au combat. Ils jouent sur leurs sensibilités en leur disant par exemple que « les Alaouites vont venir violer et tuer leurs mères, leurs soeurs » et qu’ils doivent absolument prendre les armes pour défendre l’honneur de la famille, on joue sur la fierté. Il y a une forte connexion entre la fierté et la femme, ils connectent dans les esprits ces deux grands symboles qui relèvent de l’intime. Au final, même chez le père, chef de famille il y a une confusion qui finit par le pousser à envoyer ses enfants au front. Juger si un enfant peut aller au combat se fait simplement par l’appréciation de sa corpulence, s’il a 12 ans, mais qu’il paraît grand et fort, ils l’envoient.

Ce sont donc ces populations que vous considérez les plus vulnérables ?

LCL  Al Asmar : Oui et on travaille en collaboration avec l’Union européenne et les instances internationales pour faire face à ces catastrophes humaines. L’année dernière nous avons formé 200 policiers à cette lutte et l’attaché militaire de l’Ambassade de France au Liban a fait partie des premières personnalités à apporter leur soutien à ce programme de l’ISF.

Quelle est la situation actuelle ?

LCL  Al Asmar : En suspend ! Tout est imbriqué au Liban, n’importe quel attentat, qu’il soit commandité par un tel ou un tel découle d’un ordre qui vient toujours de l’extérieur. Les libanais manquent de vision stratégique et leurs donneurs d’ordres sont installés à l’étranger, en Iran, en Syrie, au Qatar, en Arabie Saoudite ou en Turquie, rien ne se fait depuis le Liban. Je ne crois pas en ce profil du terroriste qui se fait exploser sur un coup de tête, il n’y a pas de ça ici. Le manque de vision stratégique, de recul et de maturité est une horreur pour nous les représentants du pouvoir exécutif qui se vérifie lorsque l’on entend un enfant soldat dire qu’il a pris les armes pour défendre son pays, sa mère ou sa soeur !

Quels sont les cas les plus répandus de violence domestique ?

LCL Al Asmar : La violence physique faite à la femme, puis vient la violence économique toujours à l’égard de la femme, lorsque le mari lui refuse par exemple l’accès au porte-monnaie pour subvenir à ses besoins ou à ceux de sa famille. Et dernièrement, nous avons fait intégrer dans une loi, la violence verbale. Les débats les plus houleux et difficiles à négocier sont ceux qui concernent la violence sexuelle puisque les élus s’accordent en très grande majorité à dire qu’elle ne peut pas exister entre un homme et sa femme ; ils basent leur défense sur les racines religieuses qui indiquent que l’homme a autorité sur sa femme, racines qu’ils interprètent à leur manière. Le code pénal libanais basé sur le code pénal français leur donne également raison. À cela on répond, qu’ils tirent le code libanais d’une législation de 1943 et que depuis les choses ont énormément évolué en France, mais sur cette question il n’y a rien à faire, ils sont intransigeants car ils ont un électorat à séduire.

Existe-t-il une violence conjugale à l’égard des hommes au Liban ?

LCL Al Asmar : Cela est très rare au Liban, mais quand elle l’est, elle est radicale. On l’observe dans les quelques cas où la femme pousse son amant à assassiner son mari ou lorsqu’en accord avec les enfants ils tuent le père pour toucher un héritage.

Nous avons peu parlé des travailleurs domestiques étrangers qui ont au Liban des rôles subalternes ; est-ce du racisme ?

LCL Al Asmar : Il y a moins de racisme à l’égard de l’homme de couleur au Liban qu’il y en a en France. Au Liban, le travailleur étranger est embauché avec entrain ou par pitié, ce dernier a quitté son pays pour trouver une meilleure situation ici. En France, il y a une agressivité entre les hommes parfois déroutante puisque l’homme noir en France est français ! On continue pourtant parfois à le traiter comme un citoyen de seconde zone. Ici au Liban, les travailleurs étrangers ne sont pas libanais, ils n’ont pas de nationalité et ils ne la veulent pas, ils viennent gagner de l’argent pour un jour retourner dans leur pays. Ils n’ont aucune ambition au Liban et ne s’immiscent pas sur des questions de ce genre, là est la grande différence. Le racisme pourrait par contre jaillir en cas d’une union maritale entre libanais et travailleurs domestiques.

Merci mon Lieutenant-colonel pour avoir partagé votre expérience avec nous.

LCL Al Asmar : Merci à vous de m’avoir invité à le faire.

Elie Khoury, La Gerap+

Baalbeck - © Reverse Spins
Baalbeck – © Reverse Spins

Le Hezbollah libanais est coeur des débats lorsque le Liban est évoqué et en cette raison, n’échappe pas une catégorisation forcée, mais forcément incomplète. Qualifiée d’organisation terroriste par les uns, défenseuse de l’identité libanaise par d’autres, jusque dans une seule et même famille les avis peuvent être divergents. Pour nourrir ces débats et nous permettre de nous forger une opinion un peu plus entière, nous avons interrogé Mme Aurélie Daher sur le Parti.

Elie Khoury : Bonjour Madame Daher et merci de nous faire le plaisir de cet entretien. Titulaire d’un doctorat de SciencePo Paris, vous êtes successivement passée par les universités d’Oxford et de Princeton. Vous êtes connue comme une spécialiste du Hezbollah libanais en raison principalement d’un travail de terrain effectué auprès du Parti ; échanges et analyses condensées dans votre livre « Hezbollah, mobilisation et pouvoir » paru aux éditions PUF en 2014. Toutefois, ces premiers mots ne sauraient complètement vous présenter, pourriez-vous je vous prie nous en apprendre davantage sur vous, votre parcours, ainsi que sur les problématiques qui vous occupent actuellement ?

Mme Daher : Bonjour. J’ai en fait derrière moi un parcours un peu particulier. Pas trop mauvaise en mathématiques, j’ai commencé par faire une Math Sup (classe préparatoire scientifique) en vue de devenir ingénieur. Mais le métier vers lequel mes études devaient aboutir m’a moins plu que les études elles-mêmes. J’ai alors bifurqué vers la prépa HEC et ai intégré l’ESCP Europe, où j’ai suivi la Majeure Management public. Ayant toujours été intéressée par les questions de sociologie et par le Moyen Orient, j’ai complété mon parcours en rejoignant Sciences Po Paris. J’ai alors mené deux cursus de front : j’ai rejoint Sciences Po en quatrième année, où j’ai potassé sociologie et science politique, et j’ai intégré en même temps le DEA de l’Ecole doctorale de Sciences Po dédié aux études sur le Monde musulman. Cela a été deux années très chargées ! Puis, la thèse s’est imposée naturellement. J’ai ensuite eu la chance de voir mon travail soutenu par la commission du programme postdoctoral conjoint entre Sciences Po et l’Université d’Oxford, qui m’a assuré une bourse pour un an. Année merveilleuse, littéralement, que j’ai passée à Oxford… Puis, j’ai encore une fois fait ma valise, mais pour l’Université de Princeton, aux Etats Unis, où j’ai également passé une année de post-doctorat et enseigné. Expérience très riche là aussi, un contact réellement magique avec les étudiants. Mes problématiques portent essentiellement sur le Liban, et ses relations avec la Syrie et l’Iran. Par conséquent, je suis amenée à m’intéresser de très près au chiisme politique régional.

Madame, vous qui avez été au plus près des membres du Hezbollah et ce à plusieurs reprises, quelle a été la nature de votre expérience humaine à leurs côtés ?

Mme Daher : J’ai passé une partie de mon enfance et de mon adolescence dans le nord de la Bekaa, territoire Hezbollah par excellence. En termes de contacts avec les membres du parti, les souvenirs ne manquent pas, les expériences et anecdotes non plus. Mais en définitive, la vie à Baalbek sous influence du Hezbollah n’a pas été différente de ce qu’elle a pu être ailleurs au Liban, si ce n’est pour des différences relevant moins de la présence du Hezbollah que de particularités locales. La zone de Baalbek el-Hermel a ses propres particularités sociales et sa propre histoire… Je pense qu’il est important de noter que dans les régions Hezbollah, on va à l’école, on se rend à son travail, on passe du temps avec ses amis, on se divertit quand on en a le temps – comme ailleurs au Liban…. Mon expérience du Hezbollah, par la suite, au cours de mes années de recherche, a été riche et variée. Certains membres du parti, très méfiants, ont préféré ne jamais me recevoir. D’autres, ayant plus de facilité à comprendre notre démarche scientifique, ont été très coopératifs.

 

Quid de la personnalité de M. Hassan Nasrallah ?

Mme Daher : Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah depuis 1992, suscite le plus souvent admiration sincère ou, a contrario, mépris convaincu. Il ne semble que rarement laisser indifférent. Ses admirateurs voient en lui le leader d’une organisation qui a mis fin à 22 ans d’une occupation israélienne faite d’humiliations, spoliations, rafles et emprisonnements arbitraires, tortures, meurtres et déportations. Comme son organisation a défait l’armée israélienne en 2006, lors de la grande offensive de 33 jours contre le Liban. Dans les milieux américains et israéliens, il est avant tout le chef d’une organisation terroriste. Depuis les soulèvements arabes débutés en 2011, certaines populations arabes ont pu modifier leur point de vue sur le personnage, notamment depuis l’engagement du Hezbollah en Syrie aux côtés du régime syrien de Bachar al-Assad. Pour certains, il n’est plus un héro arabe mais le chef de l’organisation qui permet aujourd’hui à Assad de prendre le dessus. Pour d’autres, il est d’autant plus resté un héro que son organisation combat efficacement les troupes de Jabhat al-Nusra et l’Etat islamique. Tout dépend des points de vue et des préférences idéologiques.

 

On prête des liens directs et parfois indissolubles à  l’Iran, la Russie, la Syrie et le Hezbollah. Portant d’autres informations tendent à dire que ni les dirigeants de la Russie, ni du Hezbollah ne sont attachés personnellement et de façon jusqu’au-boutiste à la famille Al Assad. Comment percevez-vous ces rapports ?

Mme Daher : C’est assez compliqué, dans le sens où la teneur de ces rapports a également fluctué au cours du temps. Mais grosso modo, aujourd’hui l’Iran, la Russie, la Syrie d’Assad et le Hezbollah sont, sur les divers dossiers moyen-orientaux, dans le même camp. Assad est certainement plus un moyen qu’une fin aux yeux de ses mentors et amis régionaux et internationaux. Mais l’Iran en particulier – et le Hezbollah dans son sillage – ont réussi à construire au cours des ans une relation particulière avec le régime des Assad, dans le cadre de laquelle ils retirent un certain nombre d’avantages. Or, un éventuel régime islamiste ou proche de l’Arabie saoudite installé à Damas ne renouvellera probablement pas les arrangements déjà garantis par Assad. D’où l’attachement à sauver le régime de celui-ci.

 

De ce fait et pour ce cas, validez-vous ou infirmez-vous le précepte qu’il n’y a de permanent ni ami ou ennemi, mais que des intérêts ?

Mme Daher : Les relations internationales sont plus subtiles que ça. Certes, les intérêts dictent l’essentiel des rapports entre les divers acteurs. Mais les stratégies et les relations ne peuvent tenir que si l’on fait un minimum confiance à son partenaire et son allié. Il faut donc un minimum d’amitié quand même… Comme certains différends entre certains acteurs sont allés trop loin pour que les ennemis deviennent amis….

 

Vous présentez le Hezbollah, comme une organisation articulée autour de la lutte contre Israël, principe de son fondement. Je souhaite y opposer une autre idée, lorsque j’ai étudié le Parti, il m’est resté à l’esprit que c’était la nécessité d’un engagement plus prononcé aux côtés du peuple Palestinien qui a donné essence à l’organisation sur fond de relation armée à Israël. Légitimité de surplus acquise en raison d’une différenciation et distanciation avec l’organisation Amal, considérée dans les années 1980 plus molle dans son entrain à défendre la Palestine et plus conciliante à l’égard d’Israël. Pourriez-vous me faire part de vos éclaircissements sur ce point ?

Mme Daher : Lorsque Israël envahit largement le Liban, pour la seconde fois, en 1982, une grande partie du monde militant chiite libanais soutient la cause palestinienne, oui. Mais ce soutien ne se traduit pas par une participation des militants à des opérations contre Israël en vue de récupérer les territoires occupés. Lorsque l’invasion survient, une partie de ce monde chiite décide la mise sur pied d’une structure militaire chargée de combattre l’occupant, et ainsi naît la Résistance islamique au Liban, qui quelques mois plus tard, travaille à créer le Hezbollah, qu’elle conçoit comme sa ramification sociale puis politique. Mais l’objectif est la défense du territoire libanais. Certes, l’ennemi est le même que celui de la cause palestinienne, mais l’objectif reste centré sur le sol libanais. Il n’a jamais été question que la RIL libère la Palestine pour les Palestiniens.

 

Toujours sur cette même base, je garde en mémoire qu’une fois le peuple Palestinien installé dans un territoire reconnu et souverain, le leader du Hezbollah, M. Hassan Nasrallah garantissait qu’à ce moment, leur lutte engagée ne serait plus qu’une lutte accomplie, non plus nécessaire. Or, l’engagement politique du Parti tend pour plusieurs raisons à l’enraciner sur des perspectives et des problématiques durables. Pourriez-vous partager votre avis sur ce point également ?

Mme Daher : La situation des Palestiniens est loin d’être réglée ou stabilisée. Le Hezbollah par conséquent, maintient son soutien à la cause palestinienne. Le Jour de Jérusalem est par exemple célébré tous les ans le troisième vendredi du mois de Ramadan. Pour autant, le Hezbollah se concentre avant tout sur des problématiques libanaises, et au jour le jour, travaille non pas avec des Palestiniens mais des Libanais, sur des questions et sujets libano-centrés.

 

Le Courant du futur (mené par la famille Hariri) souffre d’une impopularité qui perdure auprès de ses premiers intéressés, les musulmans sunnites. Ces derniers sont-ils devenus des orphelins politiques ou s’identifient-ils toujours malgré la situation au Courant du futur, à un autre groupe ou une personnalité importante sur la scène intérieure ?

Mme Daher : C’est compliqué. Essentiellement parce qu’au Liban, les réflexes communautaires font que même si l’on n’est pas totalement satisfait du leader de la communauté, on reste à ses côtés, parce qu’on est avant tout membre d’une communauté et qu’il en est le représentant face aux autres groupes politiques et confessionnels du pays. Certes, Saad Hariri a déçu au sein de sa propre communauté, mais en l’absence d’une alternative modérée, la majorité de la communauté entend bien voter pour son parti aux prochaines élections (quelle que soit la date à laquelle celles-ci seront tenues). Une partie des sunnites est bien tentée de voir en l’Etat islamique un meilleur défenseur des intérêts de la communauté, mais sur le plan du potentiel électoral, Hariri garde l’avantage.

 

Quid de la personnalité de M. Saad Hariri ?

Mme Daher : Saad Hariri a réellement fait ses premiers pas en politique en tant que l’héritier de son père. Ce qui n’empêche pas le fils de prendre ses distances avec certaines traditions politiques propres à la manière de gouverner du père. Mais dans l’ensemble, il a maintenu par exemple la politique ultralibérale de son père et ses alliances politiques régionales et internationales.

 

Les organisations ou personnalités comme Daech ou M. Ahmad Al Assir lorsqu’elles apparaissent, apparaissent avec une extrême brutalité. Dès lors, d’après vous, à quelle finalité sont-elles vouées ?

Mme Daher : Daech et Ahmad al-Assir ne sont pas tout à fait la même chose… Al-Assir avait avant tout un horizon limité à son pays, au Liban. Il a essayé de remplir la vacuum créé par l’absence prolongée de Saad Hariri de la scène politique, pour poser en leader premier des sunnites du Liban. Ça n’a pas fonctionné. L’Etat islamique est une organisation d’un tout autre calibre. Aux visées expansionnistes claires, qui menacent l’ensemble du Proche-Orient.

 

Par-delà, dons et avantages en nature, quelle est la structure financière du Hezbollah ?

Mme Daher : Contrairement à une idée solidement répandue, le Hezbollah tire l’essentiel de ses moyens financiers non pas de l’Iran ou de la Syrie mais de la société libanaise, au Liban ou au sein de la diaspora. Ses institutions sociales en particulier vivent de dons de sympathisants, de revenus de publicité (notamment ses médias) et de « sponsorship » (je pense à son club de football). Il y  a aussi les revenus des « marja’-s », les ayatollahs qui reversent une partie des impôts islamiques qu’ils perçoivent au parti. C’est une grande tradition chiite, inconnue du sunnisme : les grands clercs collectent les impôts des fidèles et les redistribuent comme bon leur semble, principalement sur des projets socio-caritatifs et éducatifs.

 

Madame Daher, sauriez-vous nous donner le nom d’une société privée rattachée emblématiquement à la fortune du Hezbollah, du Courant du futur, des Forces libanaises, des Kataeb et du Courant patriotique libre ?

Mme Daher : Il existe au Liban plusieurs entreprises privées qui, effectivement, entretiennent des liens plus ou moins étroits avec les partis politiques – à l’instar de ce que l’on peut observer dans les autres pays. Certaines font aussi l’objet d’investissements de la part de ces partis ou sont créées de toutes pièces par eux — je pense aux chaînes de télévision par exemple, chaque parti au Liban ayant la sienne, pratiquement… Mais de là à en établir la liste, ce serait difficile, essentiellement en raison des différents niveaux de relations existant entre ces entreprises et les partis.

 

Alors que le Hezbollah accorde une place d’honneur à ses combattants morts sur le champ de bataille, portant en avant ses « martyrs » en les inscrivant dans son histoire politique et militaire, il est rapporté qu’Hassan Nasrallah n’évoque jamais la mort de son fils Hadi, est-ce vrai et comment comprenez-vous cela ?

Mme Daher : Hadi Nasrallah est mort au champ d’honneur en septembre 1997. Nasrallah en a largement parlé à cette époque. Depuis, l’événement a été historicisé et il semble donc normal que le père n’évoque plus le fils dans ses discours. Le discours du Hezbollah sur les martyrs traite au final tous les martyrs de la même manière : ils sont honorés, un par un, de manière personnalisée, au moment de leur décès. Leur mémoire est ensuite régulièrement mentionnée au cours des ans, mais de manière plus collective, en tant que membres d’un groupe plus large, celui des martyrs de la Résistance islamique.

 

Madame Daher, merci d’avoir accepté de nous faire part de vos analyses, je n’abuserai pas davantage de votre temps et vous laisse les mots de la fin.

Mme Daher : Sur la question du Hezbollah, je pense que ce qu’il faut garder à l’esprit, c’est qu’il a été créé en réalité par une organisation militaire, dans une répartition des rôles que l’on pourrait comparer au tandem irlandais IRA/Sinn Fein: la Résistance Islamique au Liban (RIL) s’est toujours chargée de la partie militaire, du combat, quand le Hezbollah a été conçu comme une ramification d’action sociale et politique, au service de la défense des intérêts de l’organisation-mère au sein de la société libanaise. En cela, le Hezbollah, en plus de trente ans d’existence, n’a jamais changé. Et la RIL étant désormais engagée – en partie – en Syrie, on pourra remarquer aisément que le Hezbollah, au Liban, continue à travailler à assurer les arrières de celle-ci. Cette distribution des rôles est ce qui régit réellement le mode de fonctionnement du complexe RIL/Hezbollah.

 

 Elie Khoury

La Gerap+

Les domaines Ville & Gry

Elie Khoury : Bonjour M. Gry et merci de nous accorder cet entretien. Vous êtes le patron Asie de Porcher Industries, une société fondée en France en 1912, alors spécialisée dans le tissage de la soie naturelle. Un siècle plus tard, la société existe toujours et s’est remarquablement développée et enrichie pour répondre aux besoins de ses clients avec des produits innovants, alliant textile et chimie. Vos partenaires sont divers et nombreux, issus des univers du bâtiment, du sport ou encore de l’automobile, nous nous rappelons toujours des équipes d’M6 Turbo qui étaient venues visiter vos usines en Chine, en 2012.

Aujourd’hui, à notre tour de vous solliciter pour un partage d’expérience qui se veut amusant autour de l’article « The 7 things successful people never say »  d’une des stars américaines de l’entrepreneuriat Ilya Pozin. Alors M. Gry, que pensez-vous des 7 choses que ne disent jamais les personnes qui réussissent ?!

J-P Gry : Bonjour, Elie. Très heureux de partager avec vous un peu de ma sagesse millénaire (parce que chinoise !)… Je ne connaissais pas le Jeune Pozin mais je viens de le googler et il a une tête sympathique. Je ne suis pas un grand fan des livres de « self help »  ou des livres de recettes pour atteindre la richesse en 10 jours… Mais j’aime assez sa question « les employés font-ils le moindre travail ? », qui devrait être aussi appliquée aux managers. « Quels managers travaillent vraiment et surtout quels managers sont aussi occupés qu’ils le disent… » ?? Les gens autour de moi qui travaillent vraiment beaucoup ne le disent (et bien sûr ne s’en plaignent) JAMAIS.

Passons maintenant si vous le voulez bien à la première phrase qu’on ne devrait, à en croire Ilya, ne jamais dire dans une entreprise : « Ce n’est pas dans la description du poste ». En d’autres termes, refuser une tâche ou une responsabilité pour laquelle on a pas été recruté.

J-P Gry : J’ai eu la chance de ne jamais entendre une telle remarque depuis le début de ma vie professionnelle. J’aurais surement eu un peu de mal à garder mon calme face à cette réponse. Ceci dit, il est important pour un manager de bien définir la mission de chacun. Les gens feront alors ce qui « est dans la description de poste » et le talent du leader fera, qu’ils voudront faire beaucoup plus !

On ne devrait jamais au grand jamais dire aussi : « Ça ne peut pas être fait ». Ici Ilya parle des « lâcheurs », qui préfèrent se décharger d’une responsabilité sur d’autres que d’essayer de trouver une solution.

J-P Gry : On ne peut se plaindre d’une telle réponse que si la chose demandée est pertinente et utile ! Le « Can do » est une bonne attitude mais ne peut se transformer en « Can do n’importe quoi, même le pire ou l’inutile !! » Là-aussi, remettons la qualité du leadership au centre du débat.

Ilya met en garde contre le : « Ce n’est pas ma faute ». Il faut assumer ses erreurs, personne n’aime collaborer avec une personne qui rejette la faute sur les autres.

J-P Gry : Assumer ses erreurs quand on en commet (la qualité du manager là-aussi) est également en jeu. Mais comment créer les parfaites conditions pour que ces erreurs ne soient même pas possibles serait plus intéressant ! Mais aussi prendre tout le crédit (et le donner quand on manage une équipe) pour les succès.

« Ça ne prendra qu’une minute ». A moins que cette tâche nécessite effectivement une minute pour sa réalisation, ne jamais faire de promesses impossibles à tenir ?

J-P Gry : Je dois quand même avouer que j’aime assez cette réponse ! Soyons objectif : la plupart des décisions de management et des actions à prendre en entreprise sont simples et n’exigent pas une grande capacité intellectuelle ! Elles peuvent donc être prises rapidement. Les meetings qui durent, sont très souvent une belle excuse pour être « occupés ». La réelle responsabilité et les risques encourus sont la plupart du temps minimes par rapport par exemple à un chirurgien opérant un patient ou même un dentiste soignant une carie ! Dans ces cas « médicaux », on n’a pas le droit de se rater et le « jour sans » n’est pas autorisé… Exception notable : les ressources humaines ou les décisions « dures » (licenciement, fermeture d’usine, etc…) peuvent vraiment avoir des conséquences dramatiques sur les hommes. Les gens qui parlent de licenciement avec légèreté n’ont jamais licencié.

« Je n’ai pas besoin d’aide ». Teamwork, teamwork, teamwork. A trop vouloir être le héro d’un film, on finit par le regarder tout seul ? Cela me fait également penser à cette phrase : « L’enfer serait d’être seul au paradis ».

J-P Gry : Ou « l ‘enfer, c’est les autres » ?? J’aime le travail en équipe sans excès… Encore une fois, si c’est une excuse pour  des « team meetings » sans fin et sans résultat, alors ce ne me va pas du tout. Plus que le teamwork, le partage de l’information me paraît essentiel. La responsabilité individuelle est essentielle pour moi.

« Ce n’est pas juste »… Ne pas se plaindre.

J-P Gry : C’est là aussi le rôle du leader d’être justement le « cheerleader », le « Monsieur Loyal » de l’entreprise, celui qui sourira encore quand tout s’effondre et que le mur approche… Le système éducatif américain que je connais un peu est très performant pour développer ce genre d’attitude, cette force de caractère.

Et enfin nous revenons à l’importance de l’innovation, il ne faudrait également ne jamais dire : « Ça a toujours été fait comme ça ». Alors M. Gry, la création, une clé importante pour devenir une « successful person » : ) ?

J-P Gry : Les vrais stars des affaires que j’ai eu la chance de rencontrer, à petit et à grand niveau m’ont séduit et touché par leur PASSION et leur « FIRE INSIDE ». Le feu intérieur que rien ni personne ne peut tempérer. Leur force de persuasion aussi et dans la plupart des cas, le fait que l’argent n’était absolument pas le Moteur de l’Action. Construire, bâtir, faire grandir les gens autour de soi, tels étaient ou sont leurs « drivers ». Pour l’anecdote, un ami proche m’a dit il y a quelques années : « JP, je veux démarrer une affaire, gagner un million de dollars et ensuite m’arrêter de travailler ». Je lui ai répondu dans la plus grande sincérité :
« Voilà exactement la raison pour laquelle tu ne gagneras JAMAIS un million de dollars… ». On ne démarre pas une aventure commerciale ou industrielle avec un « chiffre de gain » en tête.

Merci d’avoir partagé votre expérience et anecdotes avec nous, c’est toujours un plaisir. Pour conclure, vous qui aimez Siné, quelques mots sur ce qui se passe en France ?

J-P Gry : IN-concevable, IN-croyable, la vision de Cabu, le pacifiste ultime qui a accompagné ma jeunesse devant une Kalachnikov m’a hanté pendant des jours. Ainsi que le superbe dessin paru le lendemain du Grand Duduche en larmes criant « Papa »…

Elie Khoury, pour La Gerap+

Délégation d'investisseurs emmenée par le CIDDC au Cameroun - Copyright CIDDC
Délégation d’investisseurs emmenée par le CIDDC au Cameroun – Copyright CIDDC

Elie Khoury : Bonjour M. Guy Daniel et merci de nous accorder cet entretien, pourriez-vous nous expliquer comment est né précisément le CIDDC, ambitionnant d’accompagner les institutions désireuses de s’établir dans votre pays natal, le Cameroun ?

M. Balard Guy Daniel : Le CIDDC est né d’une volonté, celle de participer au projet d’émergence 2035, lancé par le chef de l’Etat du Cameroun, son excellence le Président Paul Biya et de la CGPME (Confédération générale des petites et moyennes entreprises) de s’appuyer sur un réseau fiable et reconnu pour faciliter des courants d’affaires au Cameroun et en Afrique Centrale.

Vous menez ainsi ce projet avec un de vos frères, l’attaquant international Joseph-Désiré Job, comment se traduit dans les affaires cette relation fraternelle et de quelles retombées positives une expérience au plus haut niveau dans le football vous permettent-elles de jouir ?

On arrive à dissocier les deux : famille et affaires. A chaque fois, chacun essaye, comme sur le terrain sportif, de s’appuyer sur l’autre pour donner la pleine mesure de ses capacités.

Monsieur, vous nous indiquiez que les Camerounais étaient peu enclins à déposer leur argent dans les banques et à avoir recours pour leurs échanges aux différentes institutions financières, pourquoi ?

Oui c’est vrai que je le dis. Mais comme vous le savez autant que moi « les habitudes ont la peau dure ». Malgré tout, les choses sont en train de changer petitement-petitement. Avec l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE, en 2006 et la volonté d’assainir les finances publiques, le secteur bancaire se porte de mieux en mieux. Comme le reconnaît le magazine Jeune Afrique Economie qui dit que les Africains en général et les Camerounais en particulier épargnent de plus en plus, les réserves d’échanges y sont estimées à plus de 500 milliards, se classant ainsi comme le 2ème continent après l’Asie.

Une telle habitude ne fait-elle pas encourir aux habitants dans leurs résidences personnelles des risques d’attaque ?

C’est vrai vu sous cet angle, cette habitude fait encourir aux plus riches beaucoup de risques. Néanmoins gardez à l’esprit que le Cameroun a le réseau de renseignement le plus perfectionné d’Afrique.

Second élément, est-ce que l’argent difficilement traçable, favorise-t-il dans le cas du Cameroun les échanges informels et par la même occasion un recours à la corruption ?

Je ne pense pas que ça soit l’argent qui ait favorisé le développement du secteur informel, je pense plutôt que c’est la mentalité du Camerounais : c’est un travailleur et un débrouillard dans l’âme.
Pour ce qui est de la corruption ; tout est fonction de l’endroit où l’on place le curseur !

La relation d’affaires s’établissant dans les deux sens, nous apprenons que vous accompagnez également des sociétés camerounaises souhaitant s’installer en France, s’il est possible de les caractériser, que diriez-vous qu’elles ont en commun, que trouvent-elles prioritairement attrayant en France ?

Je pense qu’avec la reconnaissance de l’Etat camerounais, notre rôle est devenu stratégique : nous sommes devenus l’interface entre le Cameroun et la France sous le couvert des institutions diplomatiques.

Dans un dernier point et pour conclure notre échange, qu’aimeriez-vous dire aux dirigeants d’entreprises françaises qui hésitent encore à sauter le pas et venir au Cameroun, de quelles garanties et appuis pourraient-ils bénéficier ?

Qu’investir au Cameroun, c’est investir dans un marché fort, attirant plus de 400 millions de personnes, dans un pays stable et prospère et que travailler avec nous c’est l’assurance de la réussite.

Propos recueillis par Elie Khoury

La Gerap+

Monsieur le Conseiller Salim Baddoura, détaché auprès de l'Ambassade du Liban en Autriche
Monsieur le Conseiller Salim Baddoura, détaché auprès de l’Ambassade du Liban en Autriche

Elie Khoury : Bonjour et merci de nous accorder cet entretien. Monsieur le Conseiller, en guise d’introduction, pourriez-vous vous présenter brièvement à nos lecteurs et nous donner une petite idée de vos activités professionnelles ?

M. Salim Baddoura : Bonjour, je tiens au tout début à préciser que si je m’exprime dans vos colonnes c’est à titre strictement personnel et amical et que toute opinion ou idée émise dans le cadre de ce petit entretien, n’engage que moi et ne saurait par conséquent en aucun cas engager le ministère des Affaires étrangères du Liban ou l’Ambassade où je travaille.

J’ai intégré le Corps Diplomatique libanais en 1996.  Je suis actuellement Conseiller auprès de l’ambassade du Liban à Vienne, mon supérieur hiérarchique étant S.E. M. l’Ambassadeur Ishaya El Khoury. Auparavant, j’ai occupé pendant quelques années le poste de Délégué Permanent adjoint auprès de la Délégation Permanente du Liban à l’Unesco.

Le travail diplomatique à Vienne est assez varié et difficile à résumer en quelques mots. En plus des activités diplomatiques et consulaires auprès de l’Autriche et trois pays avoisinants (Croatie, Slovénie et Slovaquie), notre Ambassade fonctionne aussi comme Mission Permanente auprès des Organisations internationales basées à Vienne (IAEA, CTBTO, UNIDO et UNODC). Nous avons par conséquent vocation à servir les intérêts du Liban sur des dossiers épineux comme l’Energie nucléaire à des fins pacifiques, la lutte internationale contre le trafic de la drogue et la criminalité transnationale, le Développement industriel des pays du Sud etc.

Etant donné votre parcours, il semblerait donc que vous ayez eu à vous occuper de dossiers en rapport avec les Droits de l’Homme et de la diversité culturelle, (au sein de la Francophonie et de l’UNESCO) ainsi que des problématiques ayant trait à la lutte contre la prolifération des armes nucléaires (Vienne), pourriez-vous nous indiquer pourquoi ces sphères relèvent d’un caractère prioritaire pour vous, mais également l’angle par lequel vous approchez ces trois domaines ?

Il faut tout d’abord dissiper un petit malentendu. Le travail diplomatique diffère du travail des NGO par exemple. Un diplomate n’est pas un activiste au service d’une cause transversale chère à son cœur. S’il s’occupe d’un dossier, ou entreprend une négociation c’est uniquement parce que ses autorités l’ont chargé de le faire. Ce faisant, il doit se conformer à une ligne politique tracée par la capitale. Donc ses propres « préférences » ou « priorités » n’ont rien à voir là-dedans. Il n’en demeure pas moins, qu’un bon diplomate n’est pas un robot, il doit utiliser son savoir faire et son expérience, pour adapter les instructions qu’il reçoit aux situations concrètes qu’il rencontre dans sa carrière.

Pour ce qui est des droits de l’homme, c’est un concept fourre-tout extrêmement difficile à cerner, au confluent de la politique, du droit, de la philosophie, de l’anthropologie etc. C’est ce qui rend d’ailleurs leur définition si difficile.

Sur un plan strictement diplomatique, les droits de l’homme ont été ces dernières décennies, au centre de multiples bras de fer et débats aux conséquences souvent dramatiques. Il suffit de rappeler ici, l’épineux débat non encore conclu sur l’opportunité de l’usage de la force extérieure pour forcer un gouvernement à un plus grand respect des Droits de l’homme sur son territoire.

Même chose en ce qui concerne l’énergie nucléaire, il se trouve que la même technologie qui sert à faire fonctionner les réacteurs nucléaires pour produire l’électricité donc à des fins pacifiques, peut être utilisée pour produire des armes nucléaires. Le rôle du régime international de non prolifération dont l’IAEA est un des piliers est de faire en sorte que les pays profitent des applications pacifiques de la technologie nucléaire, tout en les dissuadant et les empêchant de la faire dévier à des fins militaires aux effets dévastateurs.

Monsieur le Conseiller, loin des idées-reçues, pensez-vous que la place de la femme dans la société libanaise est pleinement et justement établie ou qu’il reste en leur faveur, des combats que les Libanais se doivent de mener ensemble ?

Il faut faire attention quand on parle de la « femme libanaise » en général, car c’est un peu faire bon marché de multiples différences qui existent à l’intérieur de ce groupe et qui sont fonction de la diversité des milieux socio-professionnels, des spécificités régionales et communautaires etc.

Loin des idées reçues, on ne peut pas nier que les libanaises ont conquis pas mal de terrain ces dernières années suite à une baisse de taux de natalité, à une certaine force de caractère et, paradoxalement, grâce parfois à la difficile situation économique qui  les a forcées à s’aguerrir et à surmonter pas mal d’obstacles pour se tailler une place sur le marché du travail et contribuer à la survie du foyer.

Nul doute que beaucoup reste cependant à faire. Liberté et dignité doivent être conquises et préservées contre tout ce qui peut les menacer. Et les obstacles sont légion il faut l’avouer, tant au niveau politique, qu’économique ainsi que juridique et culturel. Même à supposer que les femmes joignent leurs forces (ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas) le combat ne peut aboutir que s’il est mené sur plusieurs fronts avec implication d’autres catégories que simplement celle des « femmes ».

J’ajoute aussi que nos compatriotes se doivent de lutter contre l’image d’Épinal (que pour ma part je trouve déplorable) que véhiculent une pléthore de médias commerciaux ainsi que des chaînes satellitaires, au sujet de la femme libanaise.

Nous parlons des Libanaises, mais que pensez-vous du sort réservé aux étrangers venus de pays pauvres et travaillant au Liban ;condamnés dans 95% des cas à exercer des activités peu valorisées et mal payées ?

La mondialisation a accélérée le mouvement désordonné et incontrôlé de la main d’oeuvre un peu partout dans le monde. Pour diverses raisons, il s’est trouvé que le Liban dont l’économie repose sur des secteurs à faible valeur ajoutée, soit en manque chronique de main d’oeuvre peu qualifiée et à bon marché. Cela attire l’immigration à partir de pays où cette main d’oeuvre abonde.

Nous manquons au Liban de statistiques vraiment détaillées et fiables sur la part de cette main d’œuvre dans l’économie nationale, toujours est-il qu’elle se trouve souvent en butte à un comportement stigmatisant de la  population du pays d’accueil.

Il y a là à l’œuvre malheureusement un phénomène bien connu des sociologues. Si vous profitez du fait qu’une population immigrée soit privée de certains droits, (ce qui l’oblige à accepter des tâches dégradantes, ou des salaires de misère) vous aurez tendance en plus à stigmatiser cette population et à la percevoir à travers des stéréotypes, pour vous donner bonne conscience et pour justifier le fait de ne rien faire pour lui améliorer sa situation. On est carrément dans un cercle vicieux.

Il faut travailler sur les mentalités c’est sûr mais les choses doivent être revues en profondeur, surtout au niveau du fonctionnement même de notre système économique et de ses finalités.

Alors que les Libanais se trouvent eux-mêmes dans une situation économique difficile, quel symbole pourraient-ils malgré tout incarner dans la relation les liant aux réfugiés Syriens aujourd’hui installés au pays du Cèdre ?

Je n’ai pas la compétence requise pour répondre à cette question sans compter que je ne suis nullement habilité à le faire.

A l’approche de la période estivale riche en festivités et durant laquelle les Libanais de partout dans le monde se retrouvent à Beyrouth et dans les villes alentours, quel est le niveau de risque sécuritaire encouru ?

Personnellement j’aime à croire que le Liban connaît une certaine accalmie. Mais il est évident que je n’ai nullement compétence à mesurer le risque sécuritaire ou à donner des conseils aux uns et aux autres à ce niveau.

Je suis comme tous nos compatriotes, je souhaite de tout cœur que la saison estivale se passe le mieux possible et que touristes et visiteurs affluent des quatre coins du monde. Malgré tout, notre pays, reste une belle destination touristique qui peut se prévaloir de beaucoup d’atouts à ce niveau.

Monsieur le Conseiller, pourriez-vous conclure cet entretien par le mot de la fin ?

Je tiens à vous remercier de m’avoir accueilli dans vos colonnes. C’est toujours un plaisir d’avoir affaire à des jeunes dynamiques et déterminés à faire bouger les choses. Si je peux me permettre de vous donner un petit conseil d’ami, c’est de toujours aspirer à privilégier l’objectivité, contre les prises de positions idéologiques tranchées et la réflexion pondérée contre les clichés et la recherche effrénée du sensationnel ; ce sont malheureusement des travers dans lesquels beaucoup de journalistes continuent de tomber malheureusement. Bonne chance pour la suite.

Elie Khoury, La Gerap+

Ministre des Finances (1998-2000) de la République libanaise, économiste et historien, M. Georges Corm est consultant auprès de divers organismes internationaux et professeur d’université. Il est l’auteur de nombreux ouvrages consacrés aux problèmes du développement et du monde arabe.

Monsieur le ministre, pourriez-vous dans un tout premier temps couper court à tout ce qui se passe autour de vous et nous faire part de votre ressenti le plus simple, sur ce qui aujourd’hui traverse le cœur d’un Libanais à Beyrouth ? 

C’est d’abord l’angoisse et la fatigue. L’angoisse d’une classe politique inconséquente qui, une nouvelle fois, dans l’histoire malheureuse de notre pays, met le Liban en danger par ses comportements inqualifiables. La fatigue d’un peuple exploité honteusement par une ploutocratie politique, économique et financière : 22 ans après la fin de la guerre 75-90, toujours pas d’eau potable dans nos robinets, toujours pas d’électricité en continu, avec tout ce que cela implique pour la grande majorité des Libanais qui ne sont pas riches en coûts supplémentaires pesant sur leurs revenus ; mais aussi toujours pas de traitement des déchets, pas de système de transport cohérent, pas de sécurité sociale pour plus de 50% de la population ; une façon sauvage de conduire qui provoque des victimes tous les jours sur nos routes. Mais il faut quand même s’estimer heureux de n’être pas des réfugiés palestiniens ou syriens.

Les Etats-Unis d’Amérique, unique « global player », semblent rencontrer tant les applaudissements que les critiques les plus fortes, au point peut-être de faire oublier d’autres acteurs de premier ordre ; quel rôle actuel accordez-vous au Moyen-Orient, à la Russie et à la Chine ?

L’influence chinoise est encore faible dans notre région, comparée par exemple à celle qu’elle a en Afrique ou en Extrême Orient ou même en Europe et aux Etats-Unis. La Russie après des années d’effacement refait surface en Méditerranée, dont elle est presque riveraine et où, en conséquence, elle a des intérêts légitimes. Elle est décidée, avec l’appui de la Chine et de l’Iran à mettre un terme à l’hégémonie globale et absolue des Etats-Unis et de ses alliés des Etats pétroliers de la Péninsule arabique dans le monde arabe. Quand on fait le bilan catastrophique de cette hégémonie qui n’en finit plus d’enfler, notamment depuis les années soixante dix du siècle dernier, il n’est pas mauvais qu’un coup d’arrêt soit donné. Ce bilan est particulièrement négatif pour le Liban depuis 1975 où l’Administration américaine pensait pouvoir faire quitter les Chrétiens du Liban pour y implanter définitivement les Palestiniens.

En quelques mots, pourriez-vous nous décrire comment se traduisent au Liban, les échanges avec l’Arabie Saoudite, le Qatar et l’Iran ?

Dans les trois cas, il s’agit de relations très inégales, le Liban étant peu soucieux de sa souveraineté et les milieux économiques en proie à la fascination de la puissance financière de l’Arabie saoudite et de Qatar et de la générosité sélective et fort peu désintéressée dont ils font preuve au Liban, comme ailleurs. Quant à l’Iran, quelle que soit la diabolisation dont cette puissance régionale est l’objet, car elle tient tête aux Etats-Unis et dénonce sans cesse le sionisme, nous ne devons pas oublier en tant que Libanais que cet Etat nous a considérablement aidé dans la libération de notre territoire de 22 ans d’occupation. N’oublions pas aussi que c’est cette libération qui a fait revivre notre capitale, Beyrouth, son tourisme et ses banques et la remise sur la carte du monde arabe dont elle avait disparu depuis 1975.

Pensez-vous que le président Bachar Al-Assad pourrait aujourd’hui quitter le pouvoir en Syrie sans y laisser le prix de sa vie ? 

Des informations concordantes de sources très diverses indiquent que le président syrien n’est pas près de quitter le pouvoir et qu’il dispose encore de l’appui de très nombreux syriens. Les erreurs et mauvais calculs de l’opposition à l’étranger et de ses très nombreux protecteurs extérieurs, sans compter l’arrivée de très nombreux takfiristes de l’extérieur aussi, ont eu pour effet d’élargir à nouveau la base du régime au lieu d’accélérer sa disparition.

Pourriez-vous nous parler du contexte de la mort du Colonel Kadhafi ?

Il est curieux de constater que pour Ben Laden, comme pour Khadhafi, il y a eu assassinat, là où pouvait s’attendre à des procès qui auraient mis à jour bien des évènements mystérieux. L’exécution de Saddam Hussein avant même la fin de son procès résulte du même procédé. Il ne fait vraiment pas bon d’avoir servi les intérêts des Etats-Unis et des démocraties européennes, comme l’ont fait ces trois figures (Ben Laden pour chasser les soviétiques d’Afghanistan ; Khadhafi qui s’est repenti et a démantelé ses armes de destruction massive après l’invasion de l’Irak, Saddam Hussein qui a épuisé son pays dans une guerre stupide contre l’Iran menée au profit des Etats-Unis et de ses alliés arabes).

Assistons-nous à un rapprochement apparent entre les puissances occidentales et l’Iran ?

Je ne crois pas. L’Iran a déjà eu un président réformiste très ouvert sur l’Occident, Mohammed Khatimi. Aucune des ouvertures qu’il a faites n’a été suivie d’effet, ce qui n’a pu que renforcer le camp des « conservateurs » iraniens. Je ne crois pas que Rouhani parviendra à amadouer l’Occident politique dont la conduite ressort plus de l’émotion que de la rationalité. Regardez le soutien inconditionnel à l’Etat atomique israélien qui piétine tous les principes du droit international depuis 1967 ou le silence sur la possession de la bombe atomique par le Pakistan qui n’est guère un Etat démocratique, respectant le droit des minorités religieuses.

Elie Khoury, La Gerap+