C’est la guerre… n’achetez que le nécessaire !

©Historica auteur inconnu, HEC économie et développement, "L'industrie de guerre".
©Historica auteur inconnu, HEC économie et développement, « L’industrie de guerre ».

« Les choses ne sont pas si simples : l’éloge libéral de la vertu pacificatrice de l’économie comporte une ambiguïté lourde de sens. Le très libéral Benjamin Constant, dans un texte de 1819, De la liberté des anciens comparée à celle des modernes, fait l’éloge du commerce dans des termes audacieux : « La guerre et le commerce ne sont que deux moyens différents d’atteindre le même but, celui de posséder ce que l’on désire. Le commerce n’est qu’un hommage rendu à la force du possesseur par l’aspirant à la possession. C’est ne tentative pour obtenir de gré à gré ce qu’on n’espère plus conquérir par la violence. » L’économie ne doit pas être interprétée à partir de la convergence d’intérêts dont elle peut donner le spectacle, elle est d’abord déterminée par le désir de l’emporter sur l’autre. Loin de voir dans l’économie ce par quoi la guerre est surmontée, il faut y avoir le prolongement de la guerre par d’autres moyens. »

Frédéric Lauples, « Le prolongement de la guerre par d’autres moyens », Conflits, Revue Conflits, Hors-série n°1, 2014, p. 11

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s