Entretien avec M. Jean-Philippe Gry, patron Asie de Porcher Industries ou les « 7 choses à ne jamais dire ».

Les domaines Ville & Gry

Elie Khoury : Bonjour M. Gry et merci de nous accorder cet entretien. Vous êtes le patron Asie de Porcher Industries, une société fondée en France en 1912, alors spécialisée dans le tissage de la soie naturelle. Un siècle plus tard, la société existe toujours et s’est remarquablement développée et enrichie pour répondre aux besoins de ses clients avec des produits innovants, alliant textile et chimie. Vos partenaires sont divers et nombreux, issus des univers du bâtiment, du sport ou encore de l’automobile, nous nous rappelons toujours des équipes d’M6 Turbo qui étaient venues visiter vos usines en Chine, en 2012.

Aujourd’hui, à notre tour de vous solliciter pour un partage d’expérience qui se veut amusant autour de l’article « The 7 things successful people never say »  d’une des stars américaines de l’entrepreneuriat Ilya Pozin. Alors M. Gry, que pensez-vous des 7 choses que ne disent jamais les personnes qui réussissent ?!

J-P Gry : Bonjour, Elie. Très heureux de partager avec vous un peu de ma sagesse millénaire (parce que chinoise !)… Je ne connaissais pas le Jeune Pozin mais je viens de le googler et il a une tête sympathique. Je ne suis pas un grand fan des livres de « self help »  ou des livres de recettes pour atteindre la richesse en 10 jours… Mais j’aime assez sa question « les employés font-ils le moindre travail ? », qui devrait être aussi appliquée aux managers. « Quels managers travaillent vraiment et surtout quels managers sont aussi occupés qu’ils le disent… » ?? Les gens autour de moi qui travaillent vraiment beaucoup ne le disent (et bien sûr ne s’en plaignent) JAMAIS.

Passons maintenant si vous le voulez bien à la première phrase qu’on ne devrait, à en croire Ilya, ne jamais dire dans une entreprise : « Ce n’est pas dans la description du poste ». En d’autres termes, refuser une tâche ou une responsabilité pour laquelle on a pas été recruté.

J-P Gry : J’ai eu la chance de ne jamais entendre une telle remarque depuis le début de ma vie professionnelle. J’aurais surement eu un peu de mal à garder mon calme face à cette réponse. Ceci dit, il est important pour un manager de bien définir la mission de chacun. Les gens feront alors ce qui « est dans la description de poste » et le talent du leader fera, qu’ils voudront faire beaucoup plus !

On ne devrait jamais au grand jamais dire aussi : « Ça ne peut pas être fait ». Ici Ilya parle des « lâcheurs », qui préfèrent se décharger d’une responsabilité sur d’autres que d’essayer de trouver une solution.

J-P Gry : On ne peut se plaindre d’une telle réponse que si la chose demandée est pertinente et utile ! Le « Can do » est une bonne attitude mais ne peut se transformer en « Can do n’importe quoi, même le pire ou l’inutile !! » Là-aussi, remettons la qualité du leadership au centre du débat.

Ilya met en garde contre le : « Ce n’est pas ma faute ». Il faut assumer ses erreurs, personne n’aime collaborer avec une personne qui rejette la faute sur les autres.

J-P Gry : Assumer ses erreurs quand on en commet (la qualité du manager là-aussi) est également en jeu. Mais comment créer les parfaites conditions pour que ces erreurs ne soient même pas possibles serait plus intéressant ! Mais aussi prendre tout le crédit (et le donner quand on manage une équipe) pour les succès.

« Ça ne prendra qu’une minute ». A moins que cette tâche nécessite effectivement une minute pour sa réalisation, ne jamais faire de promesses impossibles à tenir ?

J-P Gry : Je dois quand même avouer que j’aime assez cette réponse ! Soyons objectif : la plupart des décisions de management et des actions à prendre en entreprise sont simples et n’exigent pas une grande capacité intellectuelle ! Elles peuvent donc être prises rapidement. Les meetings qui durent, sont très souvent une belle excuse pour être « occupés ». La réelle responsabilité et les risques encourus sont la plupart du temps minimes par rapport par exemple à un chirurgien opérant un patient ou même un dentiste soignant une carie ! Dans ces cas « médicaux », on n’a pas le droit de se rater et le « jour sans » n’est pas autorisé… Exception notable : les ressources humaines ou les décisions « dures » (licenciement, fermeture d’usine, etc…) peuvent vraiment avoir des conséquences dramatiques sur les hommes. Les gens qui parlent de licenciement avec légèreté n’ont jamais licencié.

« Je n’ai pas besoin d’aide ». Teamwork, teamwork, teamwork. A trop vouloir être le héro d’un film, on finit par le regarder tout seul ? Cela me fait également penser à cette phrase : « L’enfer serait d’être seul au paradis ».

J-P Gry : Ou « l ‘enfer, c’est les autres » ?? J’aime le travail en équipe sans excès… Encore une fois, si c’est une excuse pour  des « team meetings » sans fin et sans résultat, alors ce ne me va pas du tout. Plus que le teamwork, le partage de l’information me paraît essentiel. La responsabilité individuelle est essentielle pour moi.

« Ce n’est pas juste »… Ne pas se plaindre.

J-P Gry : C’est là aussi le rôle du leader d’être justement le « cheerleader », le « Monsieur Loyal » de l’entreprise, celui qui sourira encore quand tout s’effondre et que le mur approche… Le système éducatif américain que je connais un peu est très performant pour développer ce genre d’attitude, cette force de caractère.

Et enfin nous revenons à l’importance de l’innovation, il ne faudrait également ne jamais dire : « Ça a toujours été fait comme ça ». Alors M. Gry, la création, une clé importante pour devenir une « successful person » : ) ?

J-P Gry : Les vrais stars des affaires que j’ai eu la chance de rencontrer, à petit et à grand niveau m’ont séduit et touché par leur PASSION et leur « FIRE INSIDE ». Le feu intérieur que rien ni personne ne peut tempérer. Leur force de persuasion aussi et dans la plupart des cas, le fait que l’argent n’était absolument pas le Moteur de l’Action. Construire, bâtir, faire grandir les gens autour de soi, tels étaient ou sont leurs « drivers ». Pour l’anecdote, un ami proche m’a dit il y a quelques années : « JP, je veux démarrer une affaire, gagner un million de dollars et ensuite m’arrêter de travailler ». Je lui ai répondu dans la plus grande sincérité :
« Voilà exactement la raison pour laquelle tu ne gagneras JAMAIS un million de dollars… ». On ne démarre pas une aventure commerciale ou industrielle avec un « chiffre de gain » en tête.

Merci d’avoir partagé votre expérience et anecdotes avec nous, c’est toujours un plaisir. Pour conclure, vous qui aimez Siné, quelques mots sur ce qui se passe en France ?

J-P Gry : IN-concevable, IN-croyable, la vision de Cabu, le pacifiste ultime qui a accompagné ma jeunesse devant une Kalachnikov m’a hanté pendant des jours. Ainsi que le superbe dessin paru le lendemain du Grand Duduche en larmes criant « Papa »…

Elie Khoury, pour La Gerap+

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s