Quel président en 2017 ? (1)

C-Le Point
C-Le Point

Bonjour,

nous allons vous proposer un jeu, une forme d’estimation la plus régulière possible, convaincus que l’élection présidentielle se joue dans les urnes mais avant tout par l’image et la symbolique. C’est ainsi que pour la dernière élection en date, celle de 2012, alors que DSK était en état de grâce nous étions persuadés qu’un événement le ferait chuter et que François Hollande alors l’oublié de tous, outsider de l’extrême et contre toutes les attentes serait président. Comment ?

À nos yeux, la majorité des personnes dont nous faisons partie, n’a qu’une lecture limitée des programmes et des personnalités, la raison au manque de temps libre pour s’y consacrer principalement, voire… le manque d’intérêt et d’attention. Également parce que, la majeure partie de la population ne dispose pas de moyens développés de comparaison entre un tel et un tel et ne juge que par la symbolique que le candidat(e) représente à un moment T, décisif dans l’esprit de tous.

Le moment T est précisément le plus dur à estimer, sujet des plus fortes convoitises, c’est à la fois le moment idéal où le candidat se lance officiellement en lice, mais également celui à partir duquel il marque définitivement les esprits. L’instant où les points commencent alors, à ses chaque faits et gestes, à s’accumuler en sa faveur, comme en sa défaveur.

Mais ce moment T n’est pas celui de tous, il n’est ainsi pas le même pour le président sortant que pour le chef de l’opposition ou pour les possibles autres candidats.

À l’image de cette majorité de la population dont les positionnements ne laissent aucun doute, nos analyses seront brèves et nos estimations claires et concises. Prenons alors ce pari de trouver le plus tôt possible le futur président de la France.

Ainsi, pour l’élection de 2012, nous avions une prémonition. DSK étant à nos yeux trop tôt exposé et adoubé, de longs mois avant l’élection, un pressentiment (donc rien de scientifique), nous disait qu’on le poussait malgré lui à se lancer bien trop tôt dans la course et qu’étant trop tôt le sujet des conversations de tous, un événement malheureux allait le frapper. Un accident qui se nourrirait de sa part d’ombre toutefois, riche en sujets de déstabilisation.

À ce même moment, nous étions également certains d’une seconde chose, la droite devait passer son tour, la tendance était définitivement à gauche. Seul un super Sarkozy aurait pu renverser la tendance, super il ne l’a pas été, mais convolait à un niveau élevé équivalent à 2007… sans la tendance dans le dos.

Enfin à gauche, Aubry s’enracinait dans une posture connue de tous, Royal apparaissait sous un visage revanchard, prête à tout, qui ne plaît pas et les autres possibles candidats, inactifs, englués dans des négociations sans fin.

Hollande a lui réussi (ses soutiens et ses équipes) le tour suivant… il a laissé la gauche s’entretuer, rester de marbre face à Royal et arriver au moment T… à partir duquel il a su se montrer discret, ne pas intervenir dans tous les débats et garder la tête haute lors des confrontations.

L’homme dans l’ombre de tous est devenu l’homme que tous voulait.

Attention : Notre analyse n’a rien de scientifique, n’est pas exhaustive et n’a aucune prétention, seul le pari de trouver… le futur président.

À ce jour, le vendredi 26 septembre 2014, voici les estimations :

1. Hollande 31%, la politique extérieure semble être la seule sphère où son ton autoritaire résonne et ça marche… (moment T pour lui).

2. Sarkozy 27% embourbé dans un faux-départ, sentiment mitigé.

3. Le Pen 25%, force stagnante.

4. Valls 7%, en dégringolade, son récent positionnement en sein du gouvernement lui fait perdre de sa superbe.

5. Juppé 7%, sa stature paisible est sa force, mais donne un sentiment de « déjà vu » inadapté à un environnement mouvant.

4. Copé / Fillon 3%, dans le lutte trop tôt, lutte se transformant en chamaillerie interne ; de facto, évincés. Fillon pourrait néanmoins revenir et surprendre.

Nous n’avons aujourd’hui aucune conviction définitive en cette liste, il est pour nous encore… trop tôt.

Néanmoins, la tendance est à un retour de la droite ou… à l’apparition d’une gauche autoritaire, reste que la droite à ce jour se cherche et ne convainc pas. À l’heure actuelle Hollande garde son costume de présidentiable, mais le gagnant a de fortes chances de ne pas figurer parmi cette liste ou de ne pas s’être pleinement déployé, ce qui fait précisément sa force et son intelligence.. affaire à suivre, mais avant

à vous de jouer !

Elie Khoury

La Gerap+

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s