Le saoudien Ahmed Mater

Ahmed Mater
Ahmed Mater

Le saoudien et chirurgien Ahmed Mater, religieux et artiste décrit l’évolution de l’homme comme n’étant pas toujours l’histoire de la survie du plus fort, mais comme celle de sa mort.

Une disparition qui permet à l’Arabie Saoudite dans les années 1938 de découvrir une terre riche en ressources naturelles, reposant sur la combinaison de cadavres entremêlés à des plantes multicellulaires transformés année après année en ce liquide noir, argument de puissance. Ce regard critique de la société saoudienne est soutenu par le roi Abdallah ben Abdelaziz al-Saoud qui promeut l’artiste Ahmed Mater par des échanges dans la région mais aussi outre-Atlantique. Un Royaume qui semble se regarder dans le miroir, intégrant activement à ses réflexions un recul sur sa montée en puissance, et peut-être son déclin.

Les Saoudiens, défenseurs du wahhabisme, réfléchissent leur avenir, c’est d’ailleurs dans une relation de va et vient avec Israël que la discussion semble la plus colorée et la plus intimiste ; on reconnaît de part et d’autre des fragilités et des excès.

Revenir à l’ennemi du moi et non du toi, heure heureuse qui rappelle combien l’homme est fort lorsqu’il se retrouve avec lui-même ; transformant l’avenir au point de positionner parmi les plus solides défenseurs du Juif, le Musulman. Douce mélodie du « Aime ton prochain comme toi-même ».

A presto+

Elie Khoury

La Gerap+

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s